Objectif grand angle
Conseils

5 bonnes pratiques d’un objectif grand angle

C’est certainement le type d’objectif le plus difficile à maîtriser. Et pourtant il équipe la plupart des appareils reflex d’entrée et milieu de gamme.

C’est un « must have » pour un photographe de paysage.

Personnellement j’ai commencé avec un 18-55mm, l’objectif qui équipait en kit mon premier reflex.

Dans le manuel d’utilisation de mon nouvel appareil, j’ai trouvé toutes les infos concernant le fonctionnement du boitier, mais rien sur l’utilisation de l’objectif…

Mon précédent appareil était un bridge, et j’avais appris à m’en servir en pratiquant, mais jamais je ne m’étais fait de réflexion sur les propriétés de l’objectif par exemple.

Bref, à force de pratique, j’ai appris à m’en servir. C’est en photographiant que l’on devient photographe, n’est-ce pas ?

Voici donc quelques petits conseils que j’applique systématiquement lors de mes pérégrinations photographiques…

 

  1. Étudier les différentes possibilités sans trépied

 

Objectif grand angle
Photo Stef Kocyla

Commençons par le commencement : l’arrivée sur le lieu que vous allez photographier.

Pas de précipitation. Prenez le temps.

L’erreur que font certains autres photographes que je rencontre au cours de mes sorties, c’est qu’ils sortent trop rapidement leur trépied.

Moi, lorsque j’arrive, je ne sors même pas tout de suite mon appareil.

J’observe.

C’est une étape que je considère comme essentielle, primordiale. Ce sont les fondations de ma future photo. Autant qu’elles soient solides.

Je vais prévisualiser ma photo. En fonction de la lumière, des éléments du paysage, de l’atmosphère du lieu, je vais créer une image mentale que je vais tenter de reproduire à l’aide de mon appareil.

Alors je marche, je m’assois, je m’allonge parfois. Puis quand j’ai repéré une vue intéressante, je sors mon appareil. Et seulement mon appareil.

Trouver le meilleur angle pour ma composition voilà ce que je recherche en faisant ça. J’essaye beaucoup, je vois ce qui fonctionne le mieux.

Et puis c’est aussi le moment où je recherche mon avant-plan.

 

  1. Trouver l’avant-plan

 

objectif grand angle
Photo Stef Kocyla

 

L’avant-plan, c’est un prérequis

Vous pourrez difficilement vous en passer. Comme je l’expliquais dans mon article « Comment vraiment améliorer vos photos de paysage », il faut absolument trouver un avant-plan intéressant.

Intéressant ? Mais ça veut tout dire et rien dire ! Oui, j’entends par là qu’il doit aider à comprendre le message de la photographie.

Il ne s’agit pas de choisir n’importe quoi comme avant-plan pour être tranquille. Et puis se dire : OK, ça, c’est fait !

Non, il faut que l’avant plan soit intéressant, mais pas qu’il détourne le regard du sujet principal.

Autrement dit, il ne doit pas entrer en compétition avec le sujet.

Voilà pourquoi il est fondamental de trouver le bon avant-plan.

Trouvez-en un qui guide le regard dans la photo. Et approchez-vous de lui. Vraiment.

 

  1. Mettre en valeur l’avant-plan

 

Objectif grand angle
Photo Stef Kocyla

 

Si vous vous demandez si vous êtes assez proche de lui, c’est que vous ne l’êtes certainement pas suffisamment.

Rapprochez-vous !!

L’un des effets du grand angle, c’est qu’il provoque des distorsions. C’est-à-dire que ce qui est proche de lui apparaît en très gros sur l’image, et ce qui est très éloigné est très petit.

Si vous ne vous approchez pas suffisamment de l’avant-plan, il ne remplira pas sa mission : apporter de la profondeur à votre image.

En vous approchant de lui, parfois aussi près que la distance minimum le requiert, vous ferez lui prendre un espace important dans l’image.

Une des meilleures pratiques consiste à se mettre à son niveau.

Si l’avant-plan est au ras du sol (genre une plante), positionnez-vous très bas, de manière à augmenter la taille, et donc l’importance du sujet dans la photo.

L’avantage d’utiliser un grand angle, c’est de constituer une image avec des plans différents. Des couches successives qui vont guider le regard à travers la photo.

Attention toujours qu’il ne distrait pas le regard par son importance avec le reste de l’image.

D’ailleurs, l’arrière-plan est à ne surtout pas négliger. Il faut qu’il soit cohérent avec le reste de la composition.

 

  1. Enlever le filtre polarisant…ou pas !

 

objectif grand angle
Photo Stef Kocyla

 

Vous lisez et entendez un peu partout (y compris ici !) que le filtre polarisant est très utile. À juste titre.

Mais – parce qu’il y a un mais – cela ne veut pas dire que vous devez le laisser vissé en permanence sur votre objectif. Dans mon article sur le sujet, je vous explique justement les effets pervers de ce filtre.

En fait, je ne le visse sur mon grand angle que lorsque j’en ai vraiment besoin. Et les occasions ne sont pas si nombreuses…

En gros, je ne l’utilise sur mon grand angle que lorsque je veux atténuer des reflets ou faire ressortir des couleurs.

En revanche, je ne l’utilise jamais lorsque j’ai un ciel bleu à photographier. Il crée une tâche foncée au centre de l’image (comme dans l’image ci-dessus), très difficile à gommer au post-traitement.

Attention au vignettage aussi, qui peut vraiment faire mal si le filtre n’est pas slim. Il doit être posé le plus près possible de la lentille.

 

  1. Faire la bonne mise au point

 

Focus Stacking
Photo Stef Kocyla

Dans une photo, il y a un élément qui ne pardonne pas, c’est la netteté.

Une photo floue, même très peu, c’est rédhibitoire.

Je n’insisterai jamais assez sur la nécessité de soigner la mise au point. C’est pour cela que j’aime travailler avec un grand angle.

Je peux obtenir une netteté incroyable du premier au dernier plan.

Pour cela, j’utilise plusieurs techniques, dont le Focus Stacking, mais le résultat est toujours le même.

Que ce soit un empilement d’images avec différentes mises au point ou l’emploi d’une petite ouverture, mes images doivent être nettes.

Je suis impitoyable avec les images floues. Je les élimine.

Je vérifie toujours juste après la prise de vue si mon image est nette. Je préfère la recommencer si je peux tout de suite plutôt que de m’en rendre compte une fois rentré chez moi.

N’hésitez pas à consulter une app comme Photopills pour connaître l’hyperfocale de votre objectif.

 

Conclusion

 

Une fois que l’on a compris, vraiment, comment l’objectif se comporte, il devient l’un des outils les plus puissants dans votre sac.

Essayez de changer votre point de vue par rapport au sujet, en vous abaissant davantage au niveau de l’avant-plan.

Votre image n’en sera que plus profonde.

N’oubliez pas de rechercher les lignes de fuite. Elles vont jouer un grand rôle dans la fluidité de l’image.

Enfin, n’essayez pas de copier les autres, mais inspirez-vous d’eux.

Le dernier bon conseil que je puisse vous donner, c’est d’expérimenter. Expérimentez vous-même d’autres compositions, d’autres cadrages, laissez votre créativité parler !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Moi c’est Stef, j'ai toujours aimé faire de la photo, mais j’ai commencé sérieusement à en faire en 2015, à l’occasion d’un voyage au Canada. Voyager est mon autre passion : partir à l’aventure, sac à dos, en road-trip, dans les plus beaux coins de la planète, le plus souvent sauvages. Combiner les 2 était donc une évidence, je partage avec vous sur ce blog mes années d’expérience, afin de vous inspirer à partir pour l’aventure, appareil photo à la main.

2 Comments

  • Allcats

    Hello Stef,

    Merci beaucoup pour cet article, qui m’a fait comprendre ce qui me gênait dans beaucoup de mes photos avec mon grand angle : l’absence de premier plan pertinent ou le “vide” au second plan.
    Effectivement, ça attire et guide l’œil dans la photo, une bonne piste à exploiter pour mes prochaines sorties (et de bons critères à garder en tête afin de mieux sélectionner les prises de vues).

    (rien à voir, mais j’adore le traitement des couleurs de tes photos, c’est super agréable de regarder des photos naturelles, loin du côté hyper saturé qu’on voit régulièrement).

    Bonnes fêtes de fin d’année!

    • Stef Kocyla

      Hello Olivier,

      merci beaucoup pour ton retour d’expérience, en effet il faut parfois faire des choix et ne pas faire la photo si les conditions ne sont pas réunies…Les lignes de fuite, la pertinence de l’avant-plan, le cadrage et d’autres choses encore vont être autant d’atouts pour créer une belle photo.

      Merci aussi pour ton compliment, j’aime que mes photos ne s’éloignent pas trop de la réalité, de manière à pouvoir s’y projeter facilement. Le post-traitement est important et mérite que l’on y passe du temps !

      Je te souhaite aussi de très bonnes fêtes de fin d’année !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la vidéo gratuitement -

Développez des photos ternes dans Lightroom