filtre polarisant
Matériel

Le filtre polarisant : un filtre magique ?

Il y a des années, lorsque j’ai commencé à faire de la photographie, je cherchais à faire des photos comme sur certaines cartes postales, pleines de couleurs vibrantes. Je partais en vacances sur la Côte d’Azur et en cherchant sur internet, j’ai appris l’existence d’un filtre miracle.

 

Si vous possédez une paire de lunettes de soleil à verres polarisants, vous savez de quoi je veux parler.

 

Un jour, alors qu’on se promenait sur le chemin des douaniers en direction du Cap Taillat dans le Var, j’ai prêté ma paire de lunettes à verres polarisants à mes enfants. Ce n’est pas tant leur surprise qui m’a fait rigoler, c’est plus leur incrédulité devant ces verres qui leur faisaient voir le même paysage, mais en plus beau.

 

Filtre polarisant
Photo Stef Kocyla

Je leur ai dit que c’était des lunettes magiques, je ne sais pas s’ils m’ont cru…

 

Moi, ce qui m’attirait le plus, c’était la mer Méditerranée. Venant du Nord, où la couleur de la mer oscille entre le vert opaque et le marron bien sale, voir une mer si bleue, transparente et sans marées était quelque chose qui me fascinait. En plus, elle était chaude en été…

 

Ce que je veux vous dire ici, c’est que je n’aurai jamais pu retranscrire tout ça en photos aussi bien sans un filtre polarisant. Il y a un fossé entre une prise de vue sans et une prise de vue avec. Vraiment.

 

Alors voyons pour quelles raisons vous devez absolument avoir un filtre polarisant dans votre sac !

  1. Réduire les reflets

 

filtre polarisant
Photo Rory Collins

 

C’est certainement l’effet le plus bluffant des filtres polarisants. C’est pour ça que j’en voulais un à l’origine. Pour réduire, voire supprimer les reflets. Vous savez, je rêvais de reproduire ces photos où l’on voit une barque qui semble flotter sur une mer bleu turquoise…bon, je n’ai jamais réussi à la faire cette photo, mais mon filtre m’a fait faire d’autres photos tout aussi belles !

Quand on pense reflets, on pense reflets sur l’eau. Oui, mais pas que. Ce sont les plus visibles, mais des reflets, il y en a partout. En photographie de paysage, vous avez des reflets sur toutes les surfaces humides : rochers, végétation… Vous ne devez pas sous-estimer le nombre de reflets présents dans la nature.

Prenez une feuille d’arbre humide par exemple. Vous pourriez penser qu’elle ne présente pas de reflets, mais si vous regardiez l’arbre dans son ensemble, vous constateriez alors avec un filtre polarisant qu’il y a beaucoup de reflets. Autant de reflets que de feuilles sur cet arbre !

Le truc super-important avec les filtres polarisants, c’est qu’ils permettent de faire des choses qu’on ne pourrait pas faire en post-traitement.

À l’inverse d’autres types de filtres qui produisent des effets que l’on peut, sous certaines conditions, corriger en post-traitement, le filtre polarisant produit un effet que Lightroom et Photoshop sont incapables de reproduire.

En fait, un filtre polarisant va non seulement réduire ou supprimer le reflet, mais il va permettre de capturer les informations qui se cachent derrière le reflet ! Vous pourrez ainsi révéler les rochers qui se cachent sous la surface de l’eau par exemple !

 

Deux règles à respecter cependant pour tirer le meilleur de votre filtre polarisant :

  • 90° par rapport au soleil, voilà l’angle optimal pour réduire au maximum les reflets. Donc le soleil doit se trouver dans votre dos.
  • Le filtre tourne sur lui-même. Tournez le filtre en fonction de la quantité de polarisation que vous souhaitez obtenir.
  1. Augmenter la saturation des couleurs

filtre polarisant
Photo Stef Kocyla

 

C’est un effet du filtre polarisant que je ne recherche pas mais dont j’ai quand même bénéficié lors de mon dernier séjour en Bavière. En automne, les couleurs dans les arbres ne sont pas toujours aussi belles que l’on voudrait. Les nuages, la luminosité ambiante empêche les couleurs de se montrer vraiment.

Alors en utilisant ce filtre, j’ai pu faire ressortir les couleurs de ma prise de vue. Ça booste un peu les couleurs lorsqu’elles sont ternes.

Bien sûr, je les retravaille dans Lightroom ensuite, mais au moins je pars sur une bonne base.

Très pratique aussi pour rendre un ciel bleu…encore plus bleu. Ça fonctionne très bien sur des longueurs focales de 35mm et plus. En revanche, si le ciel est déjà bien bleu (comme souvent en Provence par exemple), inutile d’en rajouter avec un filtre polarisant.

  1. Réduire le voile atmosphérique

Un des effets auquel on s’attend le moins, c’est l’accentuation des contrastes – c’est ce qui permet d’augmenter un peu la saturation des couleurs – et c’est ce qui permet aussi de réduire ce petit voile qui réduit la visibilité, même par beau temps.

Ce voile est constitué de microgouttelettes en suspension dans l’atmosphère et de particules fines. Typique des journées chaudes sans vent en été, bonjour la pollution. Mais comment le filtre polarisant agit-il sur ce voile ? Devinez quoi ?! En réduisant les reflets, encore une fois !

Ce qui fait que nous voyons un voile est provoqué par les reflets de la lumière sur ces milliards de particules en suspension dans l’air.

Là où le filtre magique polarisant passe, les reflets trépassent !

Vous pouvez réduire ce voile en post-traitement bien sûr. Mais vous ne pourrez pas déplacer bien loin le curseur de la correction du voile sans saturer les couleurs et rendre votre image bien grasse.

L’utilisation d’un filtre polarisant dans ce cas rendra votre image beaucoup plus naturelle.

  1. Quand utiliser le filtre polarisant ?

  • Lorsque le ciel est couvert

Voilà une situation où l’on ne pense pas forcément à utiliser le filtre polarisant. On y pense davantage pour rendre un ciel plus bleu lorsqu’il fait beau mais rarement pour rendre les couleurs plus vibrantes lorsqu’il ne fait pas beau.

Plusieurs fois, j’ai même dû désaturer les couleurs en post-traitement, un comble non ?

Personnellement, je l’utilise beaucoup quand il y a des rochers ou de la végétation humide dans ma composition. Même quand il pleut, le filtre polarisant est un bon allié.

Le côté pratique, c’est que vous n’avez pas à vous soucier de votre position par rapport au soleil (il n’y en a pas !).

  • Lorsque vous photographiez de l’eau

Ça peut paraître évident, mais dès que vous êtes en présence d’eau, vous devez avoir le réflexe « polarisation ».

filtre polarisant
Photo Stef Kocyla

 

Dès que je veux photographier une cascade, j’utilise mon filtre polarisant. C’était le cas lors de ma sortie au Luxembourg à la cascade du Hérisson, regardez la vidéo) Il va non seulement réduire les reflets, mais aussi parfois m’aider à ralentir mon temps de pose (vous vous souvenez quand je vous disais qu’il fait perdre jusque 2 stops ?)

En plus, je pourrai montrer, si j’en ai envie, le fond de la rivière et peut-être une truite qui passerait par là !

  • Lorsqu’il y a un arc-en-ciel

Si vous avez la chance de voir un bel arc-en-ciel, assurez-vous d’avoir monté un filtre polarisant avant de le photographier. L’effet magique du filtre va encore agir !

Petite précaution à prendre, il faut bien tourner le filtre sur l’objectif de manière à rendre plus intense l’arc-en-ciel. Si vous le tournez trop, l’arc-en-ciel va tout simplement disparaître !

  1. Les effets pervers

Voyons maintenant les revers de la médaille. Oui, le filtre polarisant à plusieurs défauts mais qui sont maîtrisables. D’une manière générale, je n’utilise pas de filtre polarisant sur mon grand angle, sauf dans certains cas, que je vous donnerai plus bas.

Il suffit de bien comprendre quand l’utiliser et quand il ne faut pas.

  • Ils absorbent beaucoup de lumière (jusque 2 stops)

Voilà pourquoi je conseille le filtre polarisé sur les objectifs de 35mm et plus. Attendez-vous à augmenter le temps de pose, et donc et utiliser un trépied pour stabiliser votre appareil.

  • Ils créent du vignettage

Surtout visible sur le grand angle, préférez les filtres « slim » « minces » en français, qui réduisent le vignettage parce qu’ils sont plus près de l’objectif. Ils sont un peu plus chers que les filtres standards mais le gain est non négligeable.

  • Ils créent un ciel foncé au centre de la photo

Voilà pourquoi je conseille le filtre polarisé sur les objectifs de 35mm et davantage. Le filtre peut littéralement détruire votre beau ciel bleu s’il est monté sur un grand angle avec un grand ciel bleu dans l’image.

  • Le filtre polarisant ne fonctionne pas pour faire des panoramas

C’est surtout vrai lorsque vous avez du ciel dans votre photo. Pour les mêmes raisons évoquées ci-dessus, il vaut mieux ne pas l’utiliser dans ce cas-là.

Conclusion

Quand je parle de filtre magique, je le pense vraiment. C’est un « must have ». Quelle marque de filtre choisir ? Je n’ai pas de recommandations particulières, assurez-vous d’acheter un filtre slim, circulaire, et surtout, surtout, considérez cet achat comme un investissement.

Ne choisissez pas le moins cher, la qualité du filtre est importante. Passez du temps sur les sites de test faites votre choix. Si vous avez plusieurs diamètres d’objectifs, il existe des adaptateurs qui vous éviteront d’acheter plusieurs filtres.

Partager l'article
  • 17
  •  
  •  
  •  

Moi c’est Stef, j'ai toujours aimé faire de la photo, mais j’ai commencé sérieusement à en faire en 2015, à l’occasion d’un voyage au Canada. Voyager est mon autre passion : partir à l’aventure, sac à dos, en road-trip, dans les plus beaux coins de la planète, le plus souvent sauvages. Combiner les 2 était donc une évidence, je partage avec vous sur ce blog mes années d’expérience, afin de vous inspirer à partir pour l’aventure, appareil photo à la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​Recevez la ​vidéo - ​Développez des photos ternes dans Lightroom