Conseils

Comment simplifier une composition photo ?

 

Comment simplifier une composition photo ? Je me répétais cette phrase comme un mantra : « simplifier la composition, simplifier la composition… » Mais rien ne me venait à l’esprit, j’avais beau essayer, je n’y arrivais pas…

Pas d’inspiration. Et c’est pourtant par-là que ça commence n’est-ce pas ?

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué… ?

L’esprit humain est vraiment surprenant.

J’ai remarqué que dans beaucoup de domaines, nous avons tendance à élaborer des choses compliquées, des théories abstraites invraisemblables ou des mécanismes complexes.

Notre esprit n’échappe pas à la règle en photographie. Tout commence par ce qui se passe dans notre esprit. Il doit être clair et reposé.

Pour l’aider à se clarifier, j’ai noté quelques étapes qui m’aident au quotidien.

Pas de formule magique, pas de recette miracle, non, juste quelques principes qui vont petit à petit entraîner votre esprit à voir différemment.

 

  1. Utiliser un téléobjectif

 

Ce qui va d’abord nous aider à simplifier une composition photo, c’est un outil : le téléobjectif. J’y avais déjà consacré un article entier pour vanter ses autres vertus, n’hésitez pas à le (re)lire pour découvrir comment il peut vous aider autrement.

Composer une image, c’est d’abord faire une sélection. Sélectionner ce que vous voulez inclure dans le cadre, et surtout sélectionner ce que vous voulez exclure du cadre.

Le cadre. Comment définir le cadre ?

Avant de réussir à vous représenter mentalement le cadre de votre scène, vous devez bien comprendre comment votre objectif la « voit ». Bien évidemment, il ne la voit pas de la même manière que votre œil.

L’œil humain est un outil d’une précision remarquable et aux performances formidables. Aucun objectif, le plus élaboré soit-il, n’a jamais pu rivaliser avec notre œil. Et cela ne se produira pas de sitôt.

On ne rivalise pas aussi facilement avec plusieurs millions d’années d’évolution.

Bref, vous devez vous approprier la vue de votre objectif, pour voir le monde à sa manière. Vous devez bien connaître les caractéristiques de vos objectifs.

Dans le cas du téléobjectif, votre cadre sera plus petit, plus serré.

Si l’on considère que la vision de l’œil humain est équivalente à une longueur focale de 50mm, tout objectif disposant d’une plage focale supérieure sera considéré comme téléobjectif.

Cette vision rapprochée va vous aider à simplifier une composition photo en faisant le travail de sélection de manière forcée.

Vous ne pourrez pas inclure autant d’éléments dans votre cadre à 200mm qu’à 70mm, et encore moins qu’à 16mm.

Vous aurez à faire des choix.

Par cette contrainte « physique », le téléobjectif vous mâche le travail. Néanmoins, le choix de la sélection reste le vôtre.

 

  1. Connaitre l’histoire qui vous voulez raconter

 

Prenons l’exemple de deux étudiants qui passent l’oral d’un examen, dans lequel ils doivent raconter comment s’est déroulé le stage qu’ils ont dû faire pour passer l’examen en question.

Le premier raconte son expérience dans les moindres détails, sans vraiment donner un ordre, une priorité, une cohérence ou même une chronologie à ses idées.

Le second en revanche a structuré son récit en le synthétisant pour ne conserver que les faits marquants et intéressants, ceux qui vont illustrer son apprentissage et ses réalisations en tant que stagiaire, tout en faisant preuve d’esprit critique et d’auto-analyse.

À votre avis, lequel des deux aura la meilleure note ?

En photographie, c’est un peu la même chose avec le message, l’émotion ou l’atmosphère que vous voulez restituer.

Plus vous aurez travaillé le « Pourquoi », plus votre image sera lisible.

Un peu comme le réalisateur d’un film qui suit un script, un scénario, le photographe devrait suivre un fil rouge pour construire son image.

Plus votre message sera clair, mieux il sera compris.

Commencez donc par réfléchir à ce que vous voulez dire avec votre photo. Puis de quelle manière vous pouvez le dire simplement pour qu’il soit compréhensible.

Pour simplifier une composition photo, structurez votre image, n’hésitez pas à vous débarrasser du superflu, tout ce qui n’est pas essentiel à son message.

Comme dans l’exemple du premier étudiant, si votre image contient trop d’éléments qui alourdissent son message inutilement, sa lecture sera difficile, ennuyeuse, longue, voire décourageante.

En allant droit au but, vous facilitez le travail du lecteur. Vous rendez son voyage agréable, plaisant et lui procurez plus qu’une simple photographie : vous le faites rêver l’espace d’un instant.

 

  1. Isoler le sujet pour simplifier une composition photo

 

Suite logique du principe précédent : pour simplifier une composition photo, isolez votre sujet. Vous rendrez votre image plus simple, plus claire et davantage lisible.

Comment l’isoler ? Vous avez plusieurs possibilités.

La première, c’est le cadrage. L’utilisation du téléobjectif par exemple. Ou du grand-angle si votre sujet est suffisamment dégagé de ce qui l’entoure.

Votre manière de le cadrer va vous permettre de l’isoler. N’oubliez pas le cadrage vertical, en mode « portrait », que l’on a tendance à oublier en photographie de paysage.

Réfléchissez aussi en termes de contrastes. Votre sujet peut être mis en valeur par une certaine lumière, ou des ombres qui l’entourent. Vous devez être là au bon moment. Patience donc…

La patience, il faut souvent en faire preuve en photographie de paysage. Tout peut se passer très vite, la lumière peut changer très rapidement, mais si vous n’êtes pas là, si vous n’êtes pas prêts au bon moment, vous ne réussirez pas à le saisir.

Patience et persévérance. Parfois il faut retourner plusieurs fois au même endroit pour mettre toutes les chances de son côté pour réussir ce que l’on a en tête.

La chance aussi. Elle vient rarement comme cela, inopinément, à l’improviste. Il faut la cultiver. Passer du temps sur le terrain. L’anticiper aussi un petit peu.

La lumière, ou l’absence de lumière, vous pouvez aussi vous aider de la météo pour simplifier votre composition.

Certaines conditions sont favorables à ce genre de compositions.

 

simplifier une composition photo
Photo Stef Kocyla

 

Prenez une matinée de brouillard épais par exemple. Quoi de mieux pour effacer du cadre tout ce qui gêne ? Pas grand-chose, à part la neige bien sûr ! Ou mieux, le brouillard ET la neige !

Le brouillard, même s’il n’est pas très dense, va jeter un voile sur ce qui entoure votre sujet. À vous de vous rapprocher et de composer votre image pour qu’il soit bien visible et mis en valeur.

Il y a un endroit que je connais depuis longtemps, que j’aime beaucoup, pas très loin de chez moi. Seulement voilà, ce que je voulais photographier (un arbre en l’occurrence) ne se prêtait pas bien à ce que je voulais faire.

Trop d’éléments perturbateurs autour de lui. Peu importait les heures de la journée auxquelles je venais, et malgré mes efforts de cadrage, je n’arrivais pas à simplifier la scène.

Puis arriva ce jour d’hiver où une belle couche de neige tomba pendant la nuit précédente. Vous devinez la suite…

Si vous souhaitez plus de conseils sur comment photographier la neige, je vous invite à lire cet article.

Toutes ces attitudes vous permettront d’isoler votre sujet si vous le souhaitez vraiment.

Le souhaitez-vous ?

 

  1. Utiliser l’outil recadrage en post-traitement

 

Je me suis rendu compte que j’utilisais très souvent un autre outil pour simplifier une composition photo : le recadrage.

Je me souviens qu’à mes débuts, je ne l’utilisais jamais. Je n’en voyais tout simplement pas l’utilité. Je faisais le maximum pour trouver le meilleur cadrage, et les meilleurs choix de composition à la prise de vue, alors à quoi bon retravailler tout cela en post-traitement ?

Si je continue à essayer de réussir les meilleures compositions dès la prise de vue, mon idée sur l’outil recadrage a changé au cours de mon apprentissage. Je me suis aperçu qu’il peut m’aider à créer encore de plus belles compositions !

Comment ?

Tout simplement en sélectionnant, dans mon image, la partie qui me semble la plus intéressante. Et parfois, il faut vraiment tailler dans l’image pour en faire ressortir l’essence.

C’est un formidable outil qui peut sauver certaines photos, mais c’est aussi un excellent outil pédagogique : en comprenant, à posteriori, comment on aurait dû cadrer et composer l’image, cela nous permet de faire mieux la fois suivante.

Il nous permet aussi de nous rendre compte des limites de certains objectifs, comme le grand-angle. Nous avons parfois trop de distractions dans le cadre pour en faire une photo puissante.

La solution ? Recadrer dans Lightroom ! 🙂

 

simplifier une composition photo
Photo Stef Kocyla


Cela ne marche pas à tous les coups, bien sûr, mais le recadrage améliore la perception de notre vision à travers un objectif. Vous saurez plus rapidement et instinctivement quel type d’objectif utiliser en fonction de votre intention photographique.

Donc, mon message aujourd’hui c’est : ne sous-estimez pas la puissance de l’outil recadrage !

Dernière astuce : si votre appareil dispose d’une bonne résolution, et que vous n’avez pas de téléobjectif, vous pouvez volontairement faire des photos de vues très larges au grand-angle par exemple, en sachant très bien que vous pourrez les recadrer ensuite dans Lightroom.

C’est tout pour aujourd’hui, je vous invite à utiliser plus souvent cet outil si ce n’est pas déjà le cas, ou à l’utiliser pour progresser dans vos compositions.

 

  1. Utiliser les espaces négatifs

 

J’en ai déjà parlé aussi dans l’article “7 conseils de composition à connaître absolument“, et j’y consacrerai bientôt un article complet, mais les espaces négatifs représentent une bonne source d’inspiration pour composer de belles images simples.

Au lieu de remplir votre cadre avec beaucoup de choses, remplissez-le avec…rien ! Ou plutôt si, remplissez-le avec du ciel, de l’eau, avec les fonds uniformes que l’on peut trouver dans la nature.

Ils sont très utilisés dans les photographies minimalistes.

Cette quête de sobriété se retrouve dans les œuvres de photographes comme Michael Kenna par exemple, ou encore de Vincent Munier.

En utilisant les espaces négatifs, vous suggérez plus que vous ne montrez quelque chose, vous épurez votre composition.

En photographie de paysage, cela peut être l’occasion de donner une échelle des dimensions par rapport à votre sujet, un ordre de grandeur de sa place dans le cadre.

L’espace négatif doit faire ressortir l’espace positif du sujet.

Pour cela, il ne faut pas hésiter à aérer la composition en ne conservant que l’essentiel de votre sujet, uniquement ce qui est indispensable à son identification. L’espace négatif sert de « faire-valoir » à votre sujet.

La composition est réussie quand la cohabitation entre les deux espaces est harmonieuse. Attention donc à bien maîtriser l’utilisation de l’espace négatif, car la frontière entre une grande photo et une photo ratée est parfois très mince…

 

simplifier une composition photo
Photo Stef Kocyla

 

  1. Rechercher les formes et les lignes

 

Voilà un thème récurrent dans les techniques de photographie, et pas seulement de paysage.

Recherchez des formes simples, facilement identifiables pour constituer votre image. Parfois elles sont évidentes, parfois elles ne sautent pas aux yeux.

Voici une technique simple que j’utilise souvent, lorsqu’un paysage me plaît mais dont je n’arrive pas tout de suite à identifier les formes et les lignes : je plisse légèrement les yeux et je recherche dans l’image floue qui se crée les formes principales.

Ce sont elles qui vont participer à la construction de mon image.

C’est une étape importante de la simplification de l’image. À partir de ces formes, vous pourrez choisir votre sujet et la manière dont vous allez le mettre en valeur.

Nous revenons ainsi au deuxième principe : savoir ce que vous voulez raconter avant de faire la photo.

Vous vous servez des formes du paysage comme élément de narration.

En composant votre photo de telle manière qu’il n’y ait pas trop de lignes, mais des lignes fortes et peu de formes mais des formes que l’on peut immédiatement identifier, vous en simplifierez sa lecture.

 

  1. Utiliser les couleurs pour simplifier une composition photo

 

Les couleurs peuvent vous aider à simplifier une composition photo en devenant elles aussi un élément de narration de celle-ci.

Je trouve l’étude des couleurs vraiment passionnante.

Je travaille beaucoup actuellement à leur compréhension. Les couleurs influencent nos émotions, nos comportements de la vie de tous les jours, ainsi que nos décisions.

Comme je l’ai déjà écrit dans l’article “Comment améliorer les couleurs de vos photos“, apprendre les couleurs, c’est comme apprendre le solfège. Elles s’accordent entre elles comme des notes peuvent aussi s’accorder entre elles pour former une musique.

Cela s’appelle la théorie des couleurs.

À l’aide de la roue chromatique, comme celle disponible (et très pratique) sur le site Adobe, vous pouvez apprendre à les harmoniser entre elles.

Une couleur a des couleurs analogues par exemple, ou une couleur complémentaire. En connaissant ces combinaisons de couleurs, vous pouvez les utiliser volontairement pour véhiculer différents messages.

Dans le cas de la photographie de paysage, les couleurs nous sont imposées par la Nature. Nous n’avons pas toujours le choix des couleurs, même si la Nature est plutôt bien faite. D’ailleurs, beaucoup de designers s’inspirent des couleurs que nous offre la Nature.

Nous pouvons ensuite choisir de les modifier dans certaines proportions en post-traitement.

Mais nous pouvons aussi les choisir à la prise de vue, consciemment.

Il arrive souvent que lorsque j’ai plusieurs choix possibles, avec des fleurs de différentes couleurs par exemple, je sélectionne la couleur complémentaire à la couleur générale de ma scène. Ou analogue.

Pour simplifier une composition photo, essayez de ne sélectionner qu’une ou deux couleurs dans votre image.

Des couleurs complémentaires vont renforcer votre sujet par exemple.

Des couleurs analogues vont renforcer un message.

Chaque photographe, consciemment ou inconsciemment, possède sa propre palette de couleurs. Vérifiez-le pour vous-même, je suis certain que certaines couleurs ressortent davantage que d’autres dans vos photos.

Si vous en êtes au début de votre voyage photographique, vous ne les avez certainement pas encore identifiées, le processus demande du temps, il contribue entre autres au style du photographe.

Au fur et à mesure de mon apprentissage, je me suis constitué une palette de couleurs, que j’utilise régulièrement. Avec le recul, je m’aperçois que j’aime plutôt les couleurs « froides » que les couleurs « chaudes ».

Cela évoluera encore certainement avec le temps…

 

Conclusion

 

Créer une image simple n’est pas si simple. Au-delà de toute considération technologique ou même technique, vous ne pourrez simplifier vos compositions que si votre esprit est en « mode simplification ».

Commencez par travailler sur votre esprit, comment le pacifier, comment l’aider à voir clairement. Tout commence dans votre tête. Le reste est devant vous. Vous avez le choix.

Mais ce dont vous devez bien avoir conscience, c’est que simplifier son image, ça se travaille, ça s’expérimente, ça se pratique, encore et toujours.

C’est la loi de la pratique : pratiquez souvent et vous deviendrez meilleurs dans ce que vous pratiquez.

Je suppose que c’est pour cela que la photographie est un voyage sans fin…

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Moi c’est Stef, j'ai toujours aimé faire de la photo, mais j’ai commencé sérieusement à en faire en 2015, à l’occasion d’un voyage au Canada. Voyager est mon autre passion : partir à l’aventure, sac à dos, en road-trip, dans les plus beaux coins de la planète, le plus souvent sauvages. Combiner les 2 était donc une évidence, je partage avec vous sur ce blog mes années d’expérience, afin de vous inspirer à partir pour l’aventure, appareil photo à la main.

5 Comments

  • gobois64

    Bonjour Stef,
    excellent article comme d’habitude ! Tout est dans la réflexion préalable au déclenchement en fin de compte et comme tu le dis si bien “le pensé nous aidera à faire”.
    Un article a avoir toujours présent à l’esprit, bravo et merci !

    • Stef Kocyla

      Bonjour Gérard !
      Merci beaucoup, oui plus j’avance dans ma pratique de la photographie et plus je travaille le “pourquoi” de mes photos. Alors, il est vrai que parfois, j’en fais une centaine pour n’en obtenir qu’une seule qui soit telle que je le souhaitais…
      Merci de ta visite et à bientôt !

  • Olivier

    Hello Stef,

    Merci pour cet article, bien complémentaire d’articles plus anciens.
    La vidéo est nickel, les exemples de photos pour appuyer certains propos sont bien parlants.
    Tu penses que ça aurait apporté quelque chose de faire une sorte de “exemple/contre-exemple” pour encore renforcer l’idée mise en avant? Par exemple pour cet article : une photo avec plein de détails la rendant moins lisible, et une photo plus dépouillée issue de la même scène, illustrant la simplification de la composition. Après, ce doit être pas mal de boulot en plus j’imagine…

    A bientôt

    Olivier

    • Stef Kocyla

      Salut Olivier,

      merci beaucoup pour ton feedback, oui je pense que j’inclurai ce genre de comparaison à l’avenir. Cela peut effectivement montrer le cheminement de la pensée et le le travail de sélection, tout en gardant bien à l’esprit que chaque photo est une interprétation personnelle, donc très subjective. Les choix des uns ne seront pas forcément ceux des autres…mais cela peut en effet aider à comprendre le mécanisme. Il est vrai que cela demande plus de travail pour le faire, mais c’est à moi d’intégrer ça dans mon process…

      À bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez la vidéo gratuitement -

Développez des photos ternes dans Lightroom