Priorité Ouverture
Conseils

Pourquoi le mode Priorité Ouverture fera de vous un meilleur photographe

 

Si je devais n’en retenir qu’un seul, ce serait celui-là. Priorité Ouverture. Tout est dit dans le titre. Avec ce mode, rien d’autre n’est plus important que l’ouverture du diaphragme.

Au royaume du triangle de l’exposition, l’ouverture est reine.

Même si cela reste l’un des modes que l’on utilise souvent lorsque l’on apprend la photographie, il reste un mode plébiscité par les experts. À juste titre. Voici pourquoi.

 

  1. Se libérer de la technique

 

On l’utilise pour apprendre la technique, pour comprendre les réglages de notre appareil et nous familiariser avec le mécanisme de la photographie.

C’est une étape vers le Saint Graal, le « tout manuel ».

Comprendre l’exposition, et comment ses piliers interagissent entre eux est souvent une bonne raison d’utiliser ce mode lorsque l’on apprend la photo.

Seulement voilà, la technique, c’est bien, mais ce n’est pas grâce à elle que vous deviendrez un bon photographe. Vous devez la maîtriser pour ensuite vous l’approprier.

Votre appareil photo devient alors une extension de vous-même.

Imaginez pouvoir contrôler et utiliser votre appareil sans réfléchir, instinctivement. Supposons que vous souhaitiez prendre un verre sur une table. Vous saisissez le verre avec votre main.

Le mouvement est fluide, automatique, il n’y a pas de pensée pour faire cette action.

Vous saisissez le verre, point.

Imaginez maintenant être capable d’utiliser votre appareil photo de la même manière…Votre appareil fait partie de vous, vous le commandez sans réfléchir, il vous obéit sans discuter.

C’est une relation symbiotique.

Ce que j’essaie de vous faire comprendre, c’est que vous devez viser ce niveau de relation avec votre appareil photo.

Plus vous serez détachés de la technique et des réglages, plus vous laisserez de la place dans votre esprit à la créativité. Bien que ce but ne semble pas très facile à atteindre, il existe un réglage qui vous aidera beaucoup : Priorité Ouverture.

Vous devez rester concentré sur ce que vous faites. Une chose à la fois. Pas deux, ni trois…une seule chose. Cela vaut pour tous les autres domaines, personnels et professionnels, dans votre vie de tous les jours.

Je ne conçois pas ma photographie autrement.

Être concentré sur ce que je photographie, c’est non seulement vivre le moment présent, totalement, mais c’est aussi être très efficace.

Être concentré sur une seule tâche, quelle qu’elle soit, vous permet de la réaliser parfaitement.

Avec le mode Priorité Ouverture, vous ne pensez qu’à l’ouverture, en fonction de ce que vous voulez créer comme photographie, et vous laissez le logiciel de l’appareil se charger du reste. Oui, c’est très pratique.

 

  1. Utiliser l’ouverture idéale

 

Priorité Ouverture
Photo Stef Kocyla

La deuxième raison d’utiliser le mode Priorité Ouverture, c’est pour obtenir le meilleur piqué dans votre image.

Le piqué, c’est l’impression de netteté dans la photo. C’est donc assez difficile à définir car c’est une affaire de perception. En fait, le piqué, c’est d’abord une affaire d’optiques.

Et lorsque l’on se décide à acheter un nouvel objectif, la notion de piqué devient un critère de choix. Chaque optique possède une valeur d’ouverture à laquelle l’image est plus nette qu’aux autres valeurs d’ouverture.

Le « Sweet Spot ».

Pour connaître l’ouverture idéale de votre objectif, rendez-vous sur les sites qui testent le matériel, tels que Les Numériques ou DxOMark.

En photographie de paysage, mon appareil est souvent stabilisé. Et à moins de faire de l’astrophotographie, ou d’avoir besoin d’une vitesse rapide pour figer un mouvement, vous n’avez pas besoin d’utiliser vos objectifs à des ouvertures extrêmes.

Personnellement, je shoote très souvent à des valeurs d’ouvertures intermédiaires, de f/8 à f/16.

J’obtiens ainsi l’image la plus nette qu’il m’est possible de créer.

La résolution est optimale, et c’est un grand plaisir au post-traitement de zoomer dans ma photo pour en découvrir les moindres détails. De plus, comme je l’expliquais la semaine dernière dans mon article « Comment simplifier une composition photo », je peux bien la recadrer si j’en ai envie…

Petite précision : si je dois avoir une vitesse plus élevée que ce que me calcule le logiciel à une certaine ouverture, plutôt que d’ouvrir davantage mon diaphragme, je vais d’abord augmenter un peu les ISO.

Parfois cela suffit. Sinon, je peux aussi baisser la compensation d’exposition qui fera automatiquement augmenter ma vitesse d’obturation. Si cela ne suffit pas, j’agirai alors sur l’ouverture

 

  1. Contrôler la Profondeur de Champ

 

Priorité Ouverture
Photo Stef Kocyla

Suite logique du point précédent : la PDC. Ou la zone de netteté dans l’image.

Puisque je parlais de netteté, utiliser le mode Priorité Ouverture vous permettra aussi d’en contrôler sa zone. Agir sur l’ouverture est un des trois moyens de contrôler la PDC. Les deux autres étant la distance par rapport à votre sujet et la longueur focale.

Il est vrai qu’en photographie de paysage, on a tendance à utiliser une grande PDC, de manière à avoir l’intégralité de l’image nette.

On utilise alors les petites ouvertures.

Mais ce n’est pas tout le temps le cas. On peut aussi avoir envie de créer de beaux effets d’avant-plans flous par exemple.

Comme un cadre naturel, fait de branches d’arbre. Un cadre dans le cadre.

Selon votre distance avec le cadre naturel, vous n’aurez pas forcément besoin d’utiliser une grande ouverture, mais de bien faire la mise au point sur votre sujet, qui lui sera très distant de vous.

Ce que j’aime faire régulièrement aussi, c’est de flouter volontairement mon premier plan. Comme des fleurs sauvages par exemple.

Contrôler l’ouverture me permet de jouer avec les différentes ouvertures pour trouver celle qui donnera le plus bel effet. Une nouvelle fois, il est rare que j’utilise les plus grandes ouvertures.

C’est une des raisons pour lesquelles je n’ai pas besoin d’objectifs très lumineux. En plus d’être en général plus lourds et plus chers, je n’en ai pas l’utilité…pour l’instant. Mais je sais qu’un jour je ferai de l’astrophotographie, alors…

 

  1. Être plus réactif

 

Priorité Ouverture
Photo Stef Kocyla

 

Cela peut paraître paradoxal, mais en photographie de paysage on a aussi besoin d’être rapide. Réactif en fait.

Bien que le paysage ne bouge pas, il est un sujet statique, d’autres choses bougent. Et parfois rapidement.

La lumière est un de ces éléments qui peut changer en une fraction de seconde. Et vous n’avez pas toujours deux chances de la capturer.

C’est souvent le cas en montagne ou en bord de mer.

Prenez une journée où le vent souffle fort. Les nuages défilent dans le ciel à toute allure. Sur les flancs de la montagne, des ombres forment des dessins et des contrastes apparaissent.

Jeux de lumière, aussi beaux qu’éphémères.

Je me souviens d’une fois, lorsque j’étais en train de randonner en bord de mer. Mon appareil photo à portée de main, j’avançais et soudain un rayon de lumière passa à travers un trou dans les nuages. La scène ne dura que quelques secondes.

Le cri des goélands, le doigt de Dieu sur la mer, la possibilité d’une photo.

Rapidement, j’ai stabilisé mon appareil du mieux que j’ai pu, j’ai contrôlé les réglages, la vitesse était trop basse, j’ouvre davantage mon diaphragme, je baisse légèrement la compensation d’exposition – ma vitesse augmente encore un peu, je cadre, je vise, je fais la mise au point, j’appuie sur le déclencheur.

Tout cela dans un seul mouvement, sans vraiment y réfléchir. Une action propre et nette. Merci le mode Priorité Ouverture.

Mais je pourrais vous parler de ces animaux sauvages qui entrent d’un seul coup, sans que je m’y attende, dans mon angle de vue. La réalité, c’est que même avec le mode Priorité Ouverture, je ne suis pas toujours le plus rapide…

 

  1. Être plus créatif

 

De la contrainte nait la créativité.

Se fixer un cadre, des règles, est un excellent exercice pour travailler notre créativité. En utilisant le mode Priorité Ouverture, vous n’utilisez pas le plus contraignant d’entre eux.

Pour corser l’exercice, vous pourriez choisir de n’utiliser qu’un seul objectif pendant toute la sortie. Allez, les plus courageux choisiront une focale fixe. Disons un 50mm ?

Faites cet exercice et vous serez surpris. Vous serez étonné de ce que va faire votre esprit.

Comme vous aurez plus de place pour laisser s’exprimer votre créativité dans votre esprit, vous serez en principe plus créatifs !

Vous aurez le temps d’exploiter au mieux les différents effets de l’ouverture sur le rendu de la photographie.

Comme créer une belle étoile solaire si les conditions le permettent. Si vous ne savez pas comment faire, je vous invite à lire l’article « Comment faire une belle étoile solaire » que j’ai écrit pour le site Bon Plan Photo.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Comments

  • Olivier

    Hello Stef,

    Merci pour cet article (et le lien sur ton article concernant l’étoile solaire qui m’a bien aidé à comprendre pourquoi je ne réussissais pas à chaque fois à l’obtenir).
    De quoi méditer sur mon habitude de vouloir tout faire en manuel et effectivement rater de belles opportunités (oh une mouette en vol qui ajouterait un petit plus dans ma compo! Oups, trop tard… Oh le joli bateau qui traverse la scène! Oups, trop tard…). J’ai tenté de simplifier mes compos suite à ton précédent article, ce week end, voilà une “arme” de plus pour me concentrer encore plus sur ce point.

    Pour répondre à ta question, à 95% du temps, j’ouvre entre f8 et f11, ce qui colle bien aux mesures optimales de Dxo des objectifs dont je me sers en paysages.

    A bientôt

    Olivier

    • Stef Kocyla

      Salut Olivier,

      merci beaucoup pour ton retour d’expérience, c’est toujours satisfaisant pour moi de savoir que mes articles et vidéos contribuent à aider les autres à progresser. Tu as bien résumé l’intérêt de ce mode Priorité Ouverture, il nous soulage de quelques efforts pour nous permettre de les concentrer ailleurs. En effet, en ouvrant à ces valeurs intermédiaires, tu mets toutes les chances de ton côté pour obtenir le meilleur piqué dans tes photos, bien joué !
      À bientôt !

  • gobois64

    Bonjour Stef,
    merci pour ton article qui me rappelle mes premiers pas en photographie. Beaucoup de livres et de sites encourageant de vite passer en mode manuel pour un bon apprentissage, j’ai raté de (très) nombreuses photos. Alors oui tu as raison le mode ouverture donne une plus grande liberté d’action. Pour mes libellules je choisis mon ouverture (je précise que je ne fais que de la proxi et non de la macro) puis je varie mon ISO tout en surveillant ma vitesse mais comme encore je ne me consacre pas en photos en plein vol de ces petites bestioles, le mode ouverture me conviens tout à fait.
    A bientôt !

    • Stef Kocyla

      Bonjour Gérard,

      merci beaucoup pour ton commentaire, je viens seulement de le voir, il a été mis dans mes spams, je ne comprends pas pourquoi…Bref, je te comprends tout à fait, moi-même j’ai raté quelques belles occasions, trop occupé que j’étais à me demander si mes réglages étaient bons. Effectivement, tant que tu n’as pas à capturer le mouvement des libellules, pas besoin de contrôler la vitesse d’obturation !

      Merci pour ce retour d’expérience et à bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez la vidéo gratuitement -

Développez des photos ternes dans Lightroom