pose longue
Technique

Quand et pourquoi faire de la pose longue ?

pose longue
Photo Stef Kocyla – 16mm / 140s.

 

L’autre jour, j’étais près d’une superbe cascade au Luxembourg, où j’ai fait beaucoup de poses longues. Si vous ne l’avez pas vue, regardez la vidéo de cette session dans cet article, que j’ai publié il y a quelques jours. Ayant changé de matériel récemment, je n’ai pas encore renouvelé tous mes accessoires, dont les filtres. J’ai paré au plus urgent et commandé sur internet un filtre ND1000 pour pouvoir faire de longues expositions pendant les journées d’été.

Seulement voilà, lorsque je suis arrivé à cette cascade, il était tôt le matin et elle était bien cachée sous les arbres…ce qui veut dire qu’il y avait peu de lumière qui parvenait jusqu’à elle. J’ai tout de suite compris que mon filtre ND1000 serait beaucoup trop opaque pour faire une photo avec un certain temps d’exposition. Oui, j’avais en tête le type de capture que je voulais faire de cette cascade.

L’eau qui s’écoule de cette petite chute d’eau forme de petits tourbillons, matérialisés par les bulles d’air et les débris végétaux qui flottent à sa surface. Pour que ce soit esthétique, il faut un certain temps d’exposition, ni trop, ni trop peu. Or dans ce cas précis, il n’y avait pas de juste milieu : soit je mettais mon filtre et je devais exposer au minimum à 140s. ou soit je ne le mettais pas et là je ne pouvais exposer à plus de 0,5s. Cruel dilemme !

Là où je veux en venir, c’est que pour faire une longue exposition en pleine journée il faut : 1 : être équipé correctement en fonction de ce que l’on veut créer et 2 : avoir une idée de ce que l’on veut créer avant de créer l’image. Alors voici les réflexions qui sont nées de cette sortie.

 

  1. Quel équipement pour quel type de pose longue ?

 

pose longue
Photo Stef Kocyla – 16mm / 30s.

 

Je vais commencer par l’évident : l’appareil photo. Un réflex ou un hybride, certains smartphones récents aussi, peu importe, mais il faut pouvoir contrôler la vitesse d’obturation. Ensuite, il y a le trépied. Il en faut un bien stable, parce que tout au long du temps de pose, l’appareil doit rester absolument immobile.

Ensuite vient le moins évident : les filtres. Il en existe beaucoup, de plus ou moins bonne qualité. C’est comme les lunettes de soleil pour les yeux, il y a les premiers prix et il y  les “Rolls Royce”. Quelques fabricants sont les fers de lance de cette industrie, comme Lee, Nisi ou Haida. Je ne parlerai pas ici du débat “filtre à visser” ou “filtre sur porte-filtres”, la toile regorge d’articles à ce sujet. Je vais plutôt m’attarder sur quel filtre utiliser en fonction de l’occasion.

Les filtres sont classés selon leur densité, ou leur opacité. Les fabricants affichent tantôt la densité optique du filtre (par ex. 1,2) tantôt le coefficient du filtre (par ex. ND64). L’idéal est donc d’avoir une petite panoplie de différentes densités pour s’adapter aux différentes conditions de lumière. Dans mon cas, le filtre ND1000 (correspondant à 10 stops ou 10IL) était beaucoup trop opaque pour la faible lumière des sous-bois.

Enfin, je rajouterai un petit accessoire qui est indispensable si comme moi, avec un filtre ND1000, vous avez besoin d’allonger le temps pose au-delà des 30s. que vous limite votre appareil. Il s’agit d’une télécommande. Avec ce merveilleux petit objet, vous pourrez alors utiliser le mode “Bulb” et choisir un temps de pose…extrêmement long si vous le souhaitez. Ce n’est plus de la pose longue, c’est de la pose très longue…

 

2. Pourquoi le faisons-nous ?

 

pose longue
Photo Stef Kocyla – 16mm / 10s.

 

La pose longue est l’un des effets les plus utilisés en photographie. Tous les photographes s’en servent régulièrement, que ce soit pour donner un aspect de soie à l’eau, de coton aux nuages, ou tout simplement exposer correctement un paysage en basses lumières. Ils le font soit pour donner une notion de mouvement dans leur composition, ou parfois pour donner à leur photo une beauté éthérée.

Je pense que lorsqu’on veut faire de la pose longue, il faut d’abord avoir une idée plus ou moins précise de ce que l’on veut obtenir. Je vois parfois des poses longues qui ne veulent rien dire. Malheureusement le photographe derrière la composition n’a pas pris conscience de ce que la pose longue allait apporter à son image. Ou lui enlever quelque chose…

En d’autres termes, il ne faut pas utiliser la pose longue à toutes les sauces. Ce n’est parce que c’est populaire qu’il faut en faire tout le temps. Moi-même au début j’en faisais beaucoup. Et puis je me suis aperçu qu’en créant cet effet, je perdais quelque chose dans certaines de mes photos : la spontanéité. Mes photos étaient tellement calculées, préparées et travaillées qu’en fin de compte il manquait ce petit quelque chose de vrai, de réel.

Depuis, j’ai considérablement réduit mes poses longues, parce que je préfère les photos plus proches de la réalité que je photographie. J’aime ce côté réel de mes photos, dans lesquelles on peut facilement se projeter. J’aime la photographie parce qu’elle capture le temps, alors que la pose longue le laisse s’échapper. Je réserve les poses longues à certaines occasions seulement : la photo de nuit d’abord, et certaines scènes avec de l’eau, comme les cascades ou les vagues sur les rochers.

 

3. Quel temps d’exposition pour quel effet ?

 

pose longue
Photo Stef Kocyla – 16mm / 1/13s.

 

Ce point est la suite directe du point précédent : quelle image voulez-vous créer ? Parce qu’en fonction de cette image, il faudra choisir un certain temps de pose. Par exemple, une vitesse de 1/3s. et 1/2s. peut faire une énorme différence en terme d’effet sur une vague qui s’écrase sur les rochers. Et je ne vous parle pas de 30s. de pose…

Aujourd’hui, j’ai également changé ma façon de faire de la pose longue. Preuve en est mon manque de préparation lors de ma dernière tentative au Luxembourg…A vrai dire je n’en avait pas fait avec mon nouvel équipement et j’avais un peu oublié à quel point c’était contraignant… Bref, j’avais en tête un temps de pose assez long, je pensais 5/10s. mais avec le mauvais filtre, j’ai dû allonger la pose à 140s.

La morale de l’histoire, c’est qu’il faut avoir conscience que le temps de pose créera différents effets selon la durée du temps de pose. En l’occurrence, 140s. est beaucoup trop long pour créer l’image que j’avais en tête. Je voulais des traits dans l’eau matérialisant les tourbillons, j’ai eu une surface uniforme, sans saveur, insipide…

 

Conclusion

 

Vous l’avez compris, faire de la pose longue ne s’improvise pas, et surtout elle ne convient pas à toutes les situations. Bien réfléchir à l’effet que l’on veut obtenir est un bon point de départ, ensuite ajuster le temps d’exposition en fonction de l’image pré-visualisée et enfin créer l’image avec le matériel approprié. Mais le plus important, c’est que votre photo doit transmettre un message, raconter une histoire. Pose longue ou pas, il ne faut jamais oublier pourquoi nous prenons la photo.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Moi c’est Stef, j'ai toujours aimé faire de la photo, mais j’ai commencé sérieusement à en faire en 2015, à l’occasion d’un voyage au Canada. Voyager est mon autre passion : partir à l’aventure, sac à dos, en road-trip, dans les plus beaux coins de la planète, le plus souvent sauvages. Combiner les 2 était donc une évidence, je partage avec vous sur ce blog mes années d’expérience, afin de vous inspirer à partir pour l’aventure, appareil photo à la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *