filtre nd variable
Technique

Comment faire des photos différentes ? Filtre ND & Minimalisme

 

Voilà une question que je me pose régulièrement. Aujourd’hui, beaucoup d’images circulent autour de nous, sur internet, sur les réseaux sociaux.

Nous sommes entourés d’écrans, nous passons de plus en plus de temps dessus, addicts à la lumière bleue, du réveil au coucher et parfois même la nuit…

L’image prend de plus en plus d’importance, sa fabrication est de plus en plus accessible, et sa quantité prend des proportions gigantesques.

Rien que sur Instagram, dans le monde, c’est plus de 100 millions d’images, photos et vidéos, qui sont publiées chaque jour.

Alors comment faire pour se distinguer de la masse ?

Si vous êtes comme moi, vous ne voulez pas que vos photos soient englouties par des flots d’images médiocres qui inondent la toile et les réseaux sociaux.

Après tout, vos photos comptent pour vous, vous y avez mis votre énergie, votre temps, votre sueur, votre argent, votre âme parfois… !

Des images médiocres, il y en a beaucoup, mais il y a aussi beaucoup de belles images. Il faut se distinguer des mauvaises images mais aussi se différencier des toutes les belles images.

Parce que les autres aussi sont doué(e)s, les autres aussi ont du talent, les autres aussi travaillent beaucoup pour réussir de belles images. 

Alors, dans ces conditions, il n’est pas toujours facile de se différencier des autres…

Heureusement il existe des moyens de faire des photos différentes, de faire des photos plus attractives, des photos plus artistiques, des photos au look plus professionnel.

Je vais donc vous expliquer comment vous pouvez y arriver en utilisant à votre avantage une technique connue : la pose longue. Ainsi qu’un accessoire indispensable : le filtre ND (variable).

Ce type de photos requiert du matériel spécifique, mais pas seulement. Il requiert aussi une certaine maîtrise de cette technique, qui, si elle n’a rien de compliqué, nécessite de la pratique, de l’expérience donc…

 

  1. Quand faire de la pose longue avec un filtre ND ?

 

La véritable question à se poser ici n’est pas tant « quand faire de la pose longue » mais plutôt « pourquoi faire de la pose longue ». Oui, je pense que le choix de cette technique repose plus sur la recherche d’une démarche artistique que sur une recherche d’opportunité.

Lorsque je réfléchis aux fois où j’ai utilisé cette technique, à part à mes débuts pour comprendre les différents effets qu’elle produisait, j’ai toujours anticipé les prises de vue en poses longues.

Mon choix était motivé par ma volonté d’obtenir un certain effet dans mes photos. Aussi, je préfère vous donner ici les raisons qui me poussent à utiliser la pose longue pour créer certaines de mes photos.

Alors, pourquoi devriez-vous faire de la pose longue ?

 

filtre nd
Photo Stef Kocyla

 

  • Pour capturer autrement les sujets en mouvement

 

La première raison, c’est de capturer d’une autre manière les éléments qui sont en mouvement. Que ce soit de jour ou de nuit, il existe dans la nature tout un tas de choses qui bougent.

En temps normal, lorsque nous faisons une photo de quelqu’un ou de quelque chose qui se déplace, nous figeons son mouvement. Pour que la photo soit correctement exposée en journée, il faut, la plupart du temps, une vitesse d’obturation plutôt rapide.

La technique de la pose longue est d’allonger la durée d’exposition, donc de ralentir la vitesse d’obturation par l’utilisation d’un filtre ND en pleine journée.

De cette manière, le mouvement n’est plus figé, mais fuyant.

L’intérêt de capturer le mouvement de cette manière est de montrer quelque chose qui est invisible à l’œil nu.

Pensez à tout ce qui se déplace dans la nature : l’eau, les nuages, les étoiles, mais aussi tout ce qui se trouve ancré au sol et qui bouge sous l’effet du vent comme la végétation par exemple.

La pose longue se prête à merveille à la photographie de paysage !

Le cours de l’eau prend un effet doux et soyeux. Les nuages laissent de grandes trainées dans le ciel. Les étoiles deviennent plus brillantes et tracent aussi des traits dans le ciel pour les poses les plus longues…

 

  • Pour diversifier son portfolio

 

Comme beaucoup de photographes, j’ai un portfolio, dans lequel je glisse les photos que je préfère, celles qui sont les plus belles à mes yeux.

Mais ce que j’aime, c’est varier les types de photos dans ce dernier.

J’aime que celle ou celui qui le regarde ne s’ennuie pas.

Et pour éviter cela, rien de tel que de le dynamiser en variant les types de photographies. Il existe plusieurs moyens de diversifier son portfolio, l’utilisation de la pose longue en est un.

Alterner les prises de vue classiques et les prises de vues élaborées.

Oui, la pose longue demande plus de choses qu’un appareil photo : un accessoire indispensable en pleine journée : le filtre ND.

 

  • Pour donner un aspect minimaliste aux photos / faire disparaître des choses ou des personnes

 

Alors que je voulais montrer des choses invisibles à l’œil nu, je veux maintenant faire disparaître certaines choses de mon cadre.

La pose longue permet non seulement de montrer le mouvement, mais elle permet aussi d’effacer des choses ou des personnes du cadre.

C’est pratique quand vous voulez faire des photos d’un site touristique, envahi par…des touristes !

À certaines conditions, ils vont disparaître comme par magie. En gros, il faut que la durée d’exposition soit suffisamment longue, de l’ordre de plusieurs dizaines de secondes, pour les personnes soient effacées de la photographie. Il faut aussi qu’elles se déplacent. Si elles restent sur place, ça ne marchera pas…

Enfin, comme la pose longue permet de montrer le mouvement en enregistrant la lumière qui se reflète sur l’élément en mouvement, il ne faut pas que les personnes ne reflètent de la lumière.

Donc si elles portent des vêtements blancs, il y a fort à parier qu’elles seront en partie visibles (très floues) sur la photographie.

Maintenant, j’utilise la pose longue à des fins créatives : pour faire de la photographie minimaliste.

Dans la photographie minimaliste, on cherche à épurer le cadre. La photographie est réduite à son essentiel. Le message doit être direct, dépourvu de toute distraction.

Pour vous faire une idée de la photographie minimaliste, je vous conseille de visiter le site de Michael Kenna. C’est un Maître du minimalisme en photographie, personnellement, je suis fan.

En gommant certains aspects du paysage, la pose longue permet de réduire ou de supprimer ces distractions du cadre.

Avec un filtre ND vissé sur l’objectif, la surface de l’eau qui est lisse n’accroche pas le regard. En revanche, elle le ferait si elle était photographiée à une vitesse d’obturation rapide, en figeant les vagues dans leur mouvement.

Idem avec le ciel et les nuages. En devenant plus lisses, ils ne distraient pas le regard du lecteur de l’image.

 

  • Pour se distinguer de la masse des photographies en ligne

 

filtre nd variable
Photo Stef Kocyla

 

Vous comprenez maintenant que la pose longue permet de faire des photos différentes. Pour vous, pour votre portfolio, mais aussi pour les autres.

Et oui, faire des photos en pose longue, c’est se distinguer des autres par une technique, en ayant une vision.

Les photographies en pose longue se remarquent tout de suite dans un flot d’images sur les réseaux sociaux. Elles attirent bien souvent tout de suite le regard.

Elles intriguent même.

Mais pour faire de la photographie en pose longue, il faut du matériel.

Bien sûr, en pleine journée, l’indispensable filtre ND. Mais aussi un trépied, une télécommande ou un retardateur de déclenchement, des batteries (la pose longue consomme beaucoup d’énergie), et comme souvent en photographie, de la patience !

 

  1. Comment faire des photos en pose longue avec un filtre ND variable ?

 

Pour des raisons pratiques (sinon l’article fera 30 pages et je vous perdrai en cours de route…), je ne parlerai ici que du filtre ND variable.

Personnellement, j’utilise depuis des années les filtres de la marque NiSi, et je n’en ai jamais été déçu, ce qui me permet de vous les recommander sans soucis !

D’ailleurs, pour créer cet article et cette vidéo, j’ai utilisé le dernier filtre ND variable de la marque : le filtre ND 5 à 9 stops. Et franchement, une nouvelle fois, je n’ai pas été déçu !

Je traiterai du filtre ND fixe dans un prochain article, mais vous pouvez déjà voir comment je l’utilise dans cet article sur comment photographier les vagues.

Si vous êtes débutant, le filtre ND à densité variable est certainement plus abordable (d’un point de vue financier et d’un côté pratique), que son homologue à densité fixe.

Bien, à présent commençons par le début : quelle est l’utilité du filtre ND ?

 

  • Quand utiliser un filtre ND ? (pour la vidéo aussi)

 

Comme je l’ai déjà dit, ce filtre est indispensable en pleine journée pour faire de la photographie en pose longue.

Même lorsque la luminosité est faible en journée, pour allonger la durée d’exposition, il faut un filtre ND pour réduire la quantité de lumière qui atteint le capteur de votre appareil photo.

Cet écran bloque une partie de la lumière et permet d’augmenter le temps de pose, et de produire les effets dont j’ai déjà un peu parlé plus haut.

Pour les photographes, le filtre ND permet donc d’agir sur la vitesse d’obturation en pleine journée.

Pour les vidéastes, il permet d’agir sur l’ouverture du diaphragme en pleine journée. Grâce à sa densité, il permet de garder une grande ouverture tout en conservant un certain framerate (25 images par secondes ou 50 images par secondes).

En vidéo, l’effet recherché est le flou d’arrière-plan, mais lorsque la luminosité est trop forte, pour conserver ce frame rate, il faut obligatoirement fermer le diaphragme. Et adieu le beau flou d’arrière-plan !

Donc si vous voulez avoir un beau rendu cinématographique dans vos vidéos, le filtre ND est indispensable en pleine journée.

 

  • Filtre ND et filtre polarisant

 

Faut-il utiliser un filtre polarisant ou un filtre ND ?

Les deux ? Parfois oui, parfois non…

Le filtre polarisant produit des effets différents du filtre ND. Mais tous deux produisent des effets impossibles à faire en post-traitement.

D’où leur nécessité pour créer certaines images.

Pour rappel, j’ai déjà écrit un article sur le filtre polarisant, mais en gros il vous permet surtout de couper les reflets sur l’eau (ou toutes les surfaces reflétant la lumière).

Dans le cas de la pose longue, il va trouver son utilité dès lors que vous serez en présence d’eau. En photographie de pose longue, on aime bien l’eau en mouvement…

Ils vont donc venir en complément l’un de l’autre dans certaines situations. Ce n’est pas systématique, le filtre polarisant, même en présence de l’eau n’est pas toujours efficace.

En particulier si vous n’êtes pas bien positionné par rapport au soleil, mais je vous laisse relire l’article qui explique tout cela…

Cumulé au filtre ND, le filtre polarisant va lui ajouter une petite densité, il faut en tenir compte dans les calculs de temps de pose que l’on va voir tout de suite.

 

  • Comment calculer le temps de pose (ou durée d’exposition) ?

 

Quand on me pose la question « comment faire une pose longue ? », en général, on veut savoir comment calculer le temps de pose avec le filtre ND.

J’ai une bonne nouvelle : pas besoin de calculatrice, je vous ai mâché le travail !  

Mais d’abord, petit rappel sur l’exposition et la notion de « stops » en photographie (encore appelé « Indice de Lumination » : IL).

Comme vous le savez, l’exposition d’une photographie dépend de 3 paramètres qui interagissent les uns avec les autres : l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO.

À chaque fois que vous passez d’une valeur entière d’exposition à une autre, vous passez d’un stop à l’autre.

Donc entre 2 valeurs entières d’ouverture, il y a un stop. Entre deux valeurs entières de vitesse d’obturation, il y a un stop, et entre 2 valeurs entières d’ISO, il y a… un stop.

D’un stop à l’autre, il y a deux fois plus, ou deux fois moins de lumière qui atteint le capteur.

Un stop en photographie est donc l’écart entre deux valeurs entières d’exposition.

À présent, vous savez déjà presque tout ce qu’il faut savoir pour faire une pose longue.

Le filtre ND, en fonction de sa densité, va donc bloquer plus ou moins de lumière, que l’on mesure en stops.

Même si les fabricants de filtres ND n’utilisent pas les mêmes références pour nommer leurs filtres, la notion de stops est une référence commune. Certains fabricants utilisent la densité optique (D), mesurée en nombres décimaux, certains autres utilisent un facteur d’atténuation, mesuré par un chiffre (ou coefficient du filtre), mais ce chiffre n’est pas le nombre de stops.

Se référer au nombre de stops est donc plus facile pour se repérer dans la jungle des filtres ND, c’est ce nombre que j’utilise pour calculer ma durée d’exposition.

Voici donc un tableau d’équivalences entre les différentes références :

 

filtre nd

 

Et voici un tableau qui vous donnera quelques repères en fonction du nombre de stops qu’il vous faut pour obtenir une certaine vitesse d’obturation avec un filtre ND :

 

filtre nd

 

Sinon, NiSi a conçu une application que vous pouvez télécharger sur votre smartphone, et qui est très bien faite : simple, rapide et sans prise de tête !

 

  • Les différentes étapes pour une pose longue

 

filtre nd
Photo Stef Kocyla

Maintenant que vous savez à quoi correspond un stop, vous pouvez choisir en toute connaissance de cause le filtre qu’il vous faut pour faire les photographies que vous souhaitez.

Même si cela n’a rien de compliqué, faire une pose longue nécessite de respecter quelques étapes, histoire de ne rien rater.

Alors, quelles sont les étapes pour faire une photographie en pose longue ?

Tout d’abord, vous devez faire comme lorsque vous faites n’importe quelle autre photographie : trouver le sujet, trouver la bonne composition, le bon cadrage, la bonne lumière, etc…

L’intérêt de réaliser une pose longue en photographie est de montrer le mouvement de quelque chose qui se déplace, donc choisissez bien votre scène avec un élément mobile.

Ensuite, l’étape suivante consiste à faire la mise au point. Personnellement, je fais d’abord la mise au point à l’aide de l’autofocus, puis, si le filtre est très dense, je bascule sur la mise au point manuelle. Et je n’y touche plus.

Ce qu’il faut éviter ici, c’est que l’autofocus perde son point d’accroche et « patine » pour faire la mise au point.

Voici maintenant deux petits conseils qui vont vous aider à obtenir l’image la plus nette possible. Et oui, qui dit pose longue, dit stabilisation, et plus le temps d’exposition est long, plus il y a de risques de flous.

Il faut donc sécuriser votre set up, en désactivant la stabilisation optique de votre objectif s’il y en a une (puisque votre objectif est déjà stabilisé sur le trépied), et en désactivant la réduction du bruit après la prise de vue (l’appareil va mettre le même temps que le temps de pose pour réduire le bruit de l’image, ce qui peut vous priver de belles occasions lorsque les conditions changent rapidement, comme aux levers et couchers de soleil par exemple).

L’étape suivant se résume à faire vos réglages pour obtenir une exposition correcte de la scène (choix de l’ouverture, de la vitesse d’obturation) en réduisant la sensibilité ISO à son minimum.

Contrôlez l’histogramme pour vérifier que tout est correct.

Enfin, il ne vous reste plus qu’à choisir la densité du filtre qui vous permettra d’atteindre la durée d’exposition souhaitée. Pour cela, je vous conseille l’application NiSi.

Vous aurez aussi ci-dessous un aperçu des effets que produisent les différents niveaux de filtration, cela vous aidera aussi à choisir le bon filtre pour obtenir l’effet désiré :

Vitesse normale sans filtre NDFiltre nd NiSi 5 stops
Vitesse normale sans filtre ND
Vitesse normale sans filtre ND
Vitesse normale sans filtre NDFiltre nd NiSi 8 stops
Vitesse normale sans filtre NDFiltre nd NiSi 9 stops

Comme toujours en photographie, il faut souvent faire quelques essais et vérifier le résultat, puis ajuster son tir et recommencer. Mais ça, vous connaissez déjà…

 

Conclusion

 

Voilà, vous voyez maintenant un peu mieux comment j’utilise les filtres ND en général et les filtres ND variables en particulier, en photographie mais aussi en vidéo.

J’espère que cela vous inspirera de nouvelles idées ; qui sait, que cela vous débloquera aussi peut-être votre créativité (les possibilités sont infinies) pour que vous aussi, vous envisagiez cette technique de la pose longue.

J’attends avec impatience vos commentaires, n’hésitez pas à me dire les sujets que vous souhaiteriez que j’aborde dans les prochains articles et les prochaines vidéos !

D’ici là, je vous souhaite de bonnes photos et à bientôt !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 1

12 Comments

  • gobois64

    Merci Stef pour ce mode opératoire d’utilisation d’un filtre ND variable superbement détaillé. Moi j’ai un filtre ND variable ND de la marque Gobe calibré entre ND2 et ND400 donc si j’ai bien compris entre 1 et 8.5 stops ?. Bravo pour les images comparatives, l’on visualise ainsi mieux les effets obtenus. D’ailleurs avec quel outil construis-tu ces images avec le curseur ? Bonne continuation !

    • Stef Kocyla

      Bonjour Gérard,
      merci beaucoup, oui les filtres à densité neutre variables sont vraiment un atout dans le sac du photographe de paysage. Pour les filtres que tu utilises, le ND2 correspond à 1 Stop et le ND400 correspondrait à 8,66 stops. Pour le logiciel, j’ai trouvé ça super et c’est un plugin qui fonctionne sous WordPress qui s’appelle “Twenty20”, je trouve que c’est plus parlant que de mettre les images côte à côte… Merci Gérard et à bientôt !

  • Maire Stéphane

    Bonjour, merci pour cette vidéo. Personnellement, j’utilise un filtre ND 1000 (10 stops). J’ai trouvé comment gagner beaucoup de temps afin de ne pas enlever le filtre à chaque fois que je change de composition. J’utilise uniquement le live view (l’écran) (j’ai un reflex) Mon filtre reste en permanence sur l’objectif. Pour choisir ma composition avec un écran clair, j’augmente la durée d’exposition et l’ouverture, AF désactivé. Je zoome ensuite X10 sur 1 point de mon écran, pour faire ma mise au point manuellement. Je fais ensuite mes réglages vitesse ouverture grâce à la cellule de l’appareil photo à laquelle je fais confiance même si l’écran est très sombre.
    Une galerie ici
    http://www.stephanemaire.com/portfolio/la-saone-de-la-confluence-a-ouroux-sur-saone/
    Bonne suite !
    Stéphane.

    • Stef Kocyla

      Bonjour Stéphane, merci pour cette astuce très intéressante, et belle galerie ! Merci pour ton message et à bientôt !

  • chameau

    Article si bien écrit que je le garde dans mes favoris, je précise que je n’utilise pas lightroom car payant et je n’aime pas la couleur de fond de l’interface, je lui préfère darktable en gris clair Mais merci pour une telle leçon à relire pour bien tout comprendre

  • Troillet

    Bonjour Stef, toujours aussi magnifiques tes explications et bien sûr tes résultats. Je suis un voyageur sur plusieurs continents et lorsque je te suis, je ressens à travers tes images la même joie de découverte et de passion. Merci Stef.

    • Stef Kocyla

      Bonjour Michel, je suis ravi de te faire découvrir ces endroits, merci beaucoup pour ton message, à bientôt !

  • Gilles Seguin

    Bonjour Stef,
    Merci pour ton article, c’était super intéressant. Dans le passé j’ai utilisé un filtre ND variable et à l’occasion j’avais sur certaines photos un beau X noir. On m ‘a dit par la suite que c’était le problème avec les filtres ND variable quand on les utilisait avec certains objectifs (les grand angles je crois). Dans un future article j’aimerais que tu parles de la différences d’utilisation entre un filtre ND fixe et un ND variable, et les filtres ND dégradés.

    Là la question que je me pose, si je décides d’aller avec des filtres ND fixe, est-ce que je privilégie des filtres circulaires ou carrés avec un porte-filtre (style Cokin) ?

    J’aimerais bien connaître ton opinion là-dessus.

    Merci et bien hâte de lire tes prochains articles.

    • Stef Kocyla

      Bonjour Gilles,
      oui effectivement ce X peut apparaître avec des filtres de moins bonne qualité et surtout avec des objectifs grand angles, aux diamètres importants. Maintenant, j’emporte tantôt mes filtres circulaires, tantôt mes filtres encastrables selon le type de photos que je veux faire, et aussi en fonction de la randonnée. Si je dois “voyager léger”, parce que suis limité dans le choix du matériel et que je dois le porter pendant un longtemps, j’emporterai les circulaires, si je ne dois pas porter longtemps le matériel et que j’ai de la place, j’emporte les encastrables. Les 2 ont des avantages et des inconvénients, le choixx est donc toujours la recherche du meilleur compromis.
      Merci pour la suggestion d’article, merci pour ton message et visite et à bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez la vidéo gratuitement -

Développez des photos ternes dans Lightroom