Photographier des levers de soleil
Conseils

7 astuces pour photographier des levers de soleil magiques

 

Vous aimeriez faire des photos de levers de soleil qui font WOW ? Mais vous trouvez que les vôtres font bof… ?

Pas de panique !

Le lever du soleil, c’est ce que je préfère photographier, et j’ai pensé à 7 astuces qui vous aideront à faire des photos qui sortent du lot.

Ah, et elles sont aussi valables pour celles et ceux qui préfèrent les couchers de soleil. Oui, j’ai pensé à tout !

J’ai pris le temps d’analyser mes sorties et de réfléchir à ce que je préférais faire pour immortaliser ce moment magique. Pour vous, j’ai 7 astuces qui vous aideront à photographier des levers de soleil magiques. Parmi elles, certaines sont de simples réglages et de la technique pure, d’autres des choix en matière d’inspiration et de goûts.

C’est parti !

  1. Ne photographiez pas les levers de soleil directement

Déjà, vos yeux vous remercieront. Même si ça paraît évident à dire, on le fait quand même malgré nous. Moi aussi, il m’arrive encore de regarder le soleil directement…par réflexe.

Voici une autre mauvaise habitude à perdre…

Bon, la petite astuce ici c’est de le regarder sur l’écran Liveview de votre boitier. Votre rétine ne craint rien et si malgré tout vous voulez le regarder en face, mettez une bonne paire de lunettes de soleil et utilisez un de vos filtres neutres.

Ce qui marche pour votre lentille marche aussi pour vos yeux.

Ensuite, si vous avez tendance à photographier les levers de soleil directement, ce que je fais aussi, pensez à changer votre position par rapport à lui.

Toute la beauté de la première lumière, le matin, est produite par son horizontalité. Les rayons chauds du soleil viennent frapper le relief latéralement, ce qui provoque de très jolis contrastes.

Pourquoi ne pas les photographier ?

La prise de vue dans ces conditions donne un autre aspect à vos photos. Vous y ajoutez un ingrédient qui donnera un meilleur goût à votre recette : une 3e dimension.  

C’est quelque chose qu’il n’est pas facile de transmettre dans une photo. Ajouter une impression de profondeur, de relief, est un vrai défi par moments.

Nos photos restent par nature désespérément plates. En 2 dimensions.

Alors pourquoi ne pas saisir cette occasion de donner un peu plus de « peps » à vos photos ?

Placez-vous plutôt de côté par rapport au soleil, vous pouvez même lui tourner le dos. On oublie trop souvent l’envers du décor.

Les ombres projetées au sol par le relief donneront à vos photos une toute autre ambiance, effet garanti !

  1. Supprimez les flares avec votre doigt

photo avec des flares
Photo Stef Kocyla

Le flare (lens flare en anglais) est un phénomène optique qui se produit dans l’objectif et qui se matérialise sur la photo par des artefacts de lumière, de couleur verte ou magenta. [/sc_fs_faq]Le mot vient de l’anglais « lens flare », et il désigne un phénomène optique que tout le monde connaît : ce sont les petits ronds de lumière dans une image. Comme dans la photo ci-dessus, en bas, à gauche.

Si vous vous placez face au soleil, vous en aurez très certainement. Raison de plus de suivre ma première astuce…

Ils sont provoqués par les reflets de la lumière qui pénètrent dans l’objectif, mais pas seulement…

Si vous ne pouvez éviter dans certaines situations d’avoir des flares, vous pouvez tout au moins les limiter. Vous pouvez faire en sorte qu’ils ne gâchent pas votre photo. Comment ?

C’est très simple : prenez un chiffon et commencez par nettoyer votre objectif.

Chaque petit grain de poussière, chaque salissure à la surface de votre lentille peut potentiellement provoquer un flare.

Soyez donc certain que votre objectif est bien propre et pensez à le nettoyer régulièrement si vous êtes dans un environnement poussiéreux comme une plage ou certains endroits en montagne.

Ensuite, surtout si vous suivez mon premier conseil, utilisez un pare-soleil.

Ce n’est pas une recette miracle, mais selon l’orientation de votre objectif, il vous évite les flares. Bon, il protège aussi votre objectif d’une manière générale, c’est pourquoi il vaut mieux l’avoir vissé dessus, même quand à priori vous n’en avez pas besoin.

Et s’il y a encore des flares que vous voulez éliminer dans votre image, et que vous avez suivi toutes les instructions précédentes, il vous reste 2 options :

La première, c’est d’intervenir à prise de vue. Je l’appelle « la technique du doigt. »

Il s’agit de faire une photo avec les flares, puis de faire aussitôt une autre photo en masquant le soleil de votre doigt.

« Mais on verra mon doigt sur la photo… ?! » me direz-vous ?

Oui, mais ça n’a pas d’importance, puisqu’ensuite, vous empilerez ces 2 photos dans Photoshop pour n’en créer qu’une seule…

Vous créerez une image certes composite, mais qui sera très fidèle à ce que vous vouliez photographier. Et le résultat est radical. Vous n’aurez aucun flare dans votre image, elle sera propre et nette.

La seconde option, c’est d’intervenir au post-traitement uniquement. Là, le résultat n’est pas garanti. Vous corrigez dans Lightroom ou Photoshop les flares en utilisant les différents outils à votre disposition, comme la correction des défauts, mais franchement, sur certains flares, le résultat n’est pas concluant…La retouche n’est pas belle et il vaut mieux laisser le flare.

Laisser le flare ? Et pourquoi pas ?

Honnêtement, je ne cherche pas systématiquement à les supprimer de mes images. Parfois, ils peuvent donner un côté poétique à mes photos.

Ils contribuent à l’esthétisme général de la photo.

Supprimez-les, et vous perdez ce petit quelque chose qui rendait votre photo atmosphérique.

  1. Créez une belle étoile solaire pour photographier des levers de soleil !

Photographier des levers de soleil
Photo Stef Kocyla

Voilà quelque chose qui peut vraiment faire une belle différence dans une photo.

Vous n’y pensez peut-être pas, mais lorsque vous êtes face au soleil, vous pouvez utiliser sa lumière pour créer un effet super esthétique – quand il est réussi : l’étoile solaire.

Concrètement, c’est simple : vous devez vous positionner face au soleil levant (ou couchant) – c’est important, vous devez photographier les levers de soleil en face.

Ensuite, le soleil doit être en partie caché par quelque chose : une montagne, un bâtiment, une branche d’arbre…mais pas par un nuage ! Les nuages sont vos ennemis pour réussir une belle étoile solaire.

La lumière doit être franche, directe, sans aucun voile.

Côté réglages, vous devez choisir une petite ouverture, de f/16 à f/22. C’est la condition pour voir apparaître sur votre écran les jolies branches de votre étoile.

Ensuite, la finesse de l’étoile dépendra aussi de la qualité de votre objectif, et le nombre de branches dépendra du nombre de lamelles qu’il comporte. Plus votre objectif sera de bonne qualité, plus votre étoile sera belle et fine, plus votre objectif comportera de lamelles et plus il y aura de branches à votre étoile.

Dans la théorie, c’est simple, mais dans la pratique, il faut quand même un peu de chance.

Oui, toutes les planètes doivent être bien alignées pour réussir cet effet optique…

  1. Arrivez au moins 30 mn avant le lever de soleil

photographier des levers de soleil
Photo Stef Kocyla

Pour être certain de rien rater, arrivez sur place avant le lever du soleil. Si vous connaissez bien les lieux, 30mn suffisent, sinon arrivez encore plus tôt pour bien choisir votre composition.

Le temps passe vite quand il faut trouver le bon endroit, la bonne composition, et les bons réglages pour créer l’image que vous avez en tête.

Parce qu’il s’en passe des choses, bien avant le lever du soleil !

Dans le ciel, des couleurs fantastiques peuvent apparaître si des nuages d’altitude se trouvent au-dessus de vous.

Vous savez, ces nuages roses, violets, pourpres, puis oranges et jaunes…

Ils sont très photogéniques et si vous avez la chance de vous trouver au bord de l’eau à ce moment-là…Vous pouvez obtenir de magnifiques reflets.

Ensuite, il se passe des choses aussi sur terre. Vous pouvez observer de belles nappes de brouillard par exemple. Très photogéniques aussi, elles créent une belle ambiance mystérieuse dans les photos.

Et puis, c’est le moment où la Nature s’éveille. Je ne compte plus le nombre d’animaux sauvages que j’ai croisé à ces heures-là… Les animaux de la nuit retournent à leur tanière quand les autres sortent de chez eux en baillant dès les premières lueurs.

  1. Faites du bracketing d’exposition pour photographier des levers de soleil !

Le bracketing d’exposition est une technique photographique consistant à faire au moins 3 photos d’expositions différentes dont la fusion génère une image correctement exposée.[/sc_fs_faq]Souvent, lorsqu’on photographie le soleil après qu’il se soit levé, on est face à des scènes très contrastées. Les zones d’ombre et de lumière sont très marquées et il y a peu de zones intermédiaires, grises.

L’image se décompose alors en zones de hautes lumières et zones de basses lumières.

Ce qui génère quelques soucis à notre appareil photo, qui, comme je vous le rappelle, n’est pas vraiment aussi performant que notre œil. Notre œil (ou notre cerveau plutôt) est une formidable machine à corriger les grandes différences d’exposition que nous voyons.

Nos yeux, ce sont des millions d’années d’évolution.

Bref, votre appareil photo n’est pas près de rivaliser avec vos yeux, et c’est là tout le problème du photographe…

L’idée du bracketing d’exposition, c’est que pour créer une image correctement exposée dans ces cas-là, il faut faire 3 photos, en rafale.

L’une sera sous-exposée, la deuxième sera exposée comme pour une prise de vue normale, et la troisième sera sur-exposée.

Vous pouvez faire plus de 3 photos bien sûr, certains photographes pour certaines scènes d’intérieur peuvent en prendre une dizaine de la même scène, toutes à des expositions différentes.

La suite se passe dans Lightroom. Vous allez fusionner ces images en utilisant la fusion HDR.

L’image ainsi obtenue devrait en principe être correctement exposée dans tous ses recoins…Mais attention ! Le HDR a aussi ses limites. Vous devrez retravailler l’image pour que les couleurs ne soient pas trop saturées, parce que les forts contrastes jouent un rôle dans la saturation des couleurs.

Le bracketing d’exposition peut être une solution si vous pensez que votre photo ne sera pas correctement exposée partout, mais il ne vous dispense pas d’un véritable travail de post-traitement.

  1. Exposez à droite ! Dans les hautes lumières…

Le véritable défi des scènes très contrastées, c’est donc de gérer les grandes différences de luminosité. Le danger lorsqu’on photographie des scènes très lumineuses, c’est de perdre des détails dans les hautes lumières.

Vous me direz, c’est aussi le cas pour les zones de basses lumières, vous pouvez aussi perdre des détails dans les ombres. Mais il y en a beaucoup moins que dans les hautes lumières, c’est la raison pour laquelle on y trouve plus de bruit numérique.

Vous pouvez utiliser des filtres pour compenser la forte luminosité de certaines zones de l’image, comme des filtres à densité neutre gradués filtres GND). Personnellement j’utilise les filtres NiSi, qui sont d’excellentes qualité.

Mais si vous n’en possédez pas, vous n’avez pas trop le choix…

Il n’existe qu’un seul outil pour éviter de tomber dans ce piège : l’histogramme. Vous avez vraiment intérêt à shooter à l’aide de l’histogramme, comme je l’explique dans cet article.

L’histogramme vous permettra d’exposer scientifiquement votre photo.

Ne faites pas confiance à l’écran Liveview pour ça, il est trompeur. Ce qui peut vous sembler ok ne l’est pas forcément. Mais une fois la photo faite, il est trop tard. Vous devez agir avant, et il n’y a que l’histogramme qui peut vous aider à faire les bons choix.

Entre autres choses, l’histogramme vous aidera à exposer pour les hautes lumières, pour ne rien perdre des détails et des informations cachées dans ces hautes lumières.

Exposez à droite, en prenant soin que l’histogramme ne colle pas le bord droit. Si c’est le cas, vous devez réduire l’exposition, en agissant sur la correction d’exposition. Le but du jeu étant de ne pas casser l’histogramme sur son bord droit.

Une fois dans Lightroom, vous pourrez récupérer si vous le souhaitez ces informations. Autrement, c’est fichu !

Je pense qu’il vaut mieux se garder le choix, parce que même après avoir fait une photo, des années plus tard on peut décider de l’éditer autrement.

  1. Retournez plusieurs fois au même endroit

Je ne le répèterais jamais assez, mais une des clés de votre progression en photo est le temps que vous déciderez d’y consacrer.

Si vous pensez pouvoir capturer un beau lever de soleil en une seule fois, c’est que vous êtes soit très confiant en vous et en votre bonne étoile (ce qui est très bien en soi…), soit vous ne vous rendez pas compte qu’il vous faudra plus d’un matin pour réussir à faire l’image que vous espérez.

Et encore, si ça ne tenait qu’à ça…

Bien sûr, vous pouvez prévoir tout un tas de choses. Bien sûr, vous connaissez les réglages sur le bout de vos doigts. Bien sûr vous connaissez les lieux…Mais il y a toujours un « mais », vous savez le petit truc auquel on n’aurait jamais pensé.

La chose qu’il était impossible de prévoir, qui ne se produirait jamais…et bien, elle s’est produite…

Et même si votre sortie est réussie, qu’est-ce qui vous fait penser que vous ne pourrez pas faire mieux une prochaine fois ?

Plus vous retournerez aux mêmes endroits, plus vous vous créerez d’occasions d’en faire des photos remarquables.

Je n’ai jamais vu deux fois le même lever de soleil à un même endroit.

Chaque jour est un jour différent, une nouvelle opportunité de photographier la meilleure image que vous puissiez photographier.

Conclusion

Photographier des levers de soleil magiques n’est pas si facile. Il y a certaines choses que l’on peut contrôler, et d’autres pas. Alors autant faire tout ce que l’on peut pour s’assurer que ce moment soit capturé comme il se doit.

Une dernière chose : il y a beaucoup de raisons pour lesquelles je préfère photographier les levers de soleil, plutôt que les couchers de soleil. Mais le grand luxe que j’y trouve, c’est que je suis souvent tout seul. Alors que si je revenais aux mêmes endroits au coucher du soleil, il y aurait (beaucoup) plus de monde.

Mais cela demande des efforts supplémentaires, en particulier en été si vous n’avez pas l’habitude de vous lever tôt. Mais dit le dicton : no pain, no gain !

Vous pouvez le voir dans la vidéo que j’ai réalisé sur ce sujet le mois dernier. Si vous n’êtes pas encore abonnés à ma chaîne YouTube, allez-y pour ne rien manquer des prochaines vidéos !

Et si vous voulez me faire plaisir, n’hésitez pas à liker et partager celle-ci ! Merci beaucoup !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

6 Comments

  • Olivier

    Hello Stef,

    Pas mal l’astuce de la suppression des flares avec le doigt 🙂

    Pareil que toi, le calme du matin me va bien mieux, surtout en saison estivale où on trouve pas mal de monde jusque tard le soir. Ça m’est arrivé, pas plus tard que ce week-end, de partir du spot que je visais vue la foule sur place.
    Et j’aime bien l’enchaînement dans le sens “heure bleue / heure dorée / lever”, même si je ne saurais pas expliquer pourquoi.
    Le seul problème du lever de soleil, c’est de mettre le réveil, surtout en ce moment! 🙂

    En bord de mer, j’essaie souvent de trouver une pointe sur la côte, qui permet en quelques minutes et quelques dizaines de mètres d’avoir des points de vue différents : côté soleil et côté opposé. Je peux ainsi me permettre de varier les poses.

    A++

    Olivier

    • Stef Kocyla

      Hello Olivier,

      oui, tu as raison, je n’avais pas pensé à l’enchaînement des heures dans cet ordre-là que j’aime beaucoup aussi !
      Bonne idée aussi de trouver des points de vue dégagés de manière à voir un plus grand champ de vision, même si ce n’est pas toujours facile à trouver…
      Pour le réveil matin, les premières fois sont un peu hard mais après on prend l’habitude, et puis une fois réveillé, l’excitation de faire la belle photo prend le dessus !

      Merci de ta visite et à bientôt !

  • gobois64

    Je viens de visionner ta vidéo et je te dis merci Stef pour tous tes conseils pour photographier un lever ou un coucher de soleil. A bientôt !

    • Stef Kocyla

      Bonjour Gérard,

      content de te retrouver aussi, merci beaucoup de ta visite et oui, ces astuces marchent bien aussi pour photographier des couchers de soleil magiques !

      À bientôt !

  • Olivier

    Re,

    Je repasse pour une petite question : tu parles, pour l’étoile solaire, d’utiliser une ouverture entre f16 et f22.
    Je lis souvent qu’il faut idéalement rester dans l’ouverture optimale de son objectif (de ce que j’ai pu voir sur dxomark, ça se tient entre f4 et f11 max sur mon matos), d’après toi c’est justifié, ou juste du “jusqu’auboutisme”?
    Généralement à f11, j’arrive à avoir une étoile solaire correcte quand je suis bien placé, mais ça reste aléatoire… Tu penses qu’en fermant un peu plus, j’augmente mes chances d’avoir une plus belle étoile sans détériorer le reste de l’image?

    A bientôt

    • Stef Kocyla

      Oui, je pense qu’en fermant davantage le diaphragme, tu pourrais en obtenir une plus belle, mieux dessinée avec des branches plus fines. Cela dit, cela dépend aussi beaucoup de la qualité de ton objectif, et de la longueur focale que tu utilises. Cela fonctionne beaucoup mieux aux (très) courtes focales. Maintenant, tu as raison, fermer le diaphragme provoque de la diffraction, mais selon la qualité (encore) des objectifs et la taille du capteur, la diffraction arrive plus ou moins tard à mesure que tu fermes le diaphragme. Bref, il n’y a pas de règles, je te suggère de tester le comportement du couple boitier/objectif et de voir ce que cela donne au post-traitement. Il faut parfois accepter un peu de diffraction pour obtenir une belle étoile solaire…
      Comme toujours en photographie, il faut faire des compromis !

      N’hésite pas à me tenir au courant !

      À bientôt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez la vidéo gratuitement -

Développez des photos ternes dans Lightroom