Aventures de photographe
Conseils

5 choses que j’aurai aimé connaître pour débuter en photographie

Récemment, j’ai revu les premières photos que j’avais pris à mes débuts, lorsque j’ai sérieusement commencé à débuter en photographie. Non seulement cela m’a fichu une grande claque parce que je m’aperçois à quel point le temps passe vite, mais j’ai aussi mesuré tout le chemin parcouru.

Une troisième chose m’est venu à l’esprit en les regardant à nouveau : si une machine à remonter le temps me renvoyait à cette époque-là, il y a certaines choses que j’aurais vraiment aimé connaître dès mes débuts…

Seulement, lorsque l’on débute en photographie de paysage, on se concentre en général d’abord sur la technique. Comment utilise-t-on son appareil photo, comment fonctionne-t-il, quels objectifs je dois utiliser, quels réglages je dois faire pour réaliser tel ou tel shot… ? C’est légitime et indispensable, bien que ce ne soit pas la seule manière d’apprendre.

Alors j’ai compilé les 5 choses que j’aurais aimé que l’on me dise lorsque j’ai commencé à débuter sérieusement en photographie de paysage. Ce sont tantôt des trucs techniques, tantôt des conseils simples et faciles à appliquer. Si vous vous découvrez une passion pour la photographie de paysage, c’est votre jour de chance parce que vous allez avoir ce que je n’ai pas eu, mais que j’aurai bien aimé avoir… !

La clé ici, c’est de rendre les choses aussi simples que possible, de les rendre le plus accessible possible. Voici donc les 5 choses que j’aurais aimé connaître lorsque j’ai commencé en photographie :

 

  1. Utiliser le mode « priorité à l’ouverture »

 

Aventures de photographe
Photo Stef Kocyla

 

Vous voyez sur tous les blogs dédiés à l’apprentissage de la photo qu’il faut quitter le mode « Automatique » pour utiliser le mode « Manuel ». C’est vrai. Il faut arrêter de faire confiance aveuglément à son appareil pour progresser et réveiller l’artiste qui sommeille en vous.

Mais il existe un juste milieu quand même, celui des modes semi-créatifs. En photographie de paysage, on pense souvent que l’on a le temps de faire ses photos. Ce n’est pas comme dans d’autres domaines de la photographie (mode, portrait, mariage…) où vous n’avez ni le luxe ni le temps d’attendre le bon moment pour photographier le sujet.

 

Le paysage a toujours été là, et il sera toujours là demain à moins d’un tremblement de terre ou d’une guerre ! Donc oui, vous avez le temps. Par contre, vous n’avez pas forcément beaucoup de temps pour saisir une lumière furtive sur un flanc de montagne, dans une vallée ou sur un lac. Vous devez être opérationnel tout de suite.

 

Vous voyez où je veux en venir… ? Vous n’avez pas forcément tout le temps pour faire vos réglages manuellement, et franchement, je regrette à posteriori ce choix de réglage pour certaines de mes premières photos, “parce-qu’il-fallait-absolument-utiliser-le-mode-Manuel”. La photo aurait été meilleure si j’avais fait confiance à mon appareil pour le choix de la vitesse.

 

L’ouverture du diaphragme est la variable la plus utilisée en photographie de paysage, donc vous gardez le contrôle dessus. Vous pourrez choisir la profondeur de champ pour obtenir le meilleur piqué, ou bien choisir une grande ouverture pour photographier en basse lumière.

 

Et puis laissez l’appareil déterminer la bonne vitesse, aujourd’hui les appareils sont relativement fiables pour que l’exposition soit correcte dans la plupart des cas. Et si ce n’est pas le cas justement, vous pouvez toujours ajuster l’exposition par la molette de correction de l’exposition. C’est bien plus pratique et surtout rapide de faire comme ça.

 

  1. Utiliser l’histogramme pour la prise de vue

 

Histogramme RGB
Histogramme RGB

 

L’histogramme, pendant longtemps je ne savais même pas à quoi il servait…une sorte de graphique utilisé par qui, pour quoi… ? Alors, ne faites pas comme moi, et lisez mon article « Comment réussir ses photos grâce à l’histogramme » !

 

Je vais quand même faire ici un petit résumé, un teaser pour que vous ayez envie de tout connaître à son sujet. L’histogramme est donc ce graphique qui représente la répartition des tons sombres et des tons clairs dans une image. En gros, les tons clairs se trouvent sur la droite de l’histogramme, et les tons sombres sur sa gauche.

 

Le but du jeu lorsque vous shootez avec l’histogramme, c’est de faire en sorte que les tons clairs se rapprochent le plus possible de la droite de l’histogramme, sans toucher le bord. C’est la fameuse technique de « l’exposition à droite ». Si l’histogramme touche le bord droit, vous perdez. Idem à gauche ceci dit, vous perdez aussi, mais il n’existe pas de technique « d’exposition à gauche » …

 

En suivant ce principe, vous avez la garantie que vos blancs ne seront pas perdus et que vous pourrez en tirer le maximum d’informations, et que vous éviterez le bruit caché dans les ombres.

 

  1. Simplifier les compositions

 

Photos plus intenses
Photo Stef Kocyla

 

Avec la lumière, la composition est certainement l’un des éléments les plus importants en photographie. Vous remarquez que je ne parle pas de matériel…parce que le matos, c’est pas si important. Mais la composition, c’est essentiel !

 

En photographie de paysage, on utilise souvent et à juste titre un grand angle. Pratique pour saisir toute la beauté d’un paysage grandiose, mais beaucoup moins pour faire une belle composition. Composer n’est pas évident et demande pas mal de pratique et d’expérience, c’est ce qui nous manque justement pour débuter en photographie.

 

D’autre part, les objectifs grands angle sont souvent les plus accessibles, et quand on débute, on ne veut pas forcément investir des sommes importantes dans des objectifs plus élaborés.

 

Ce que je recommande, c’est d’investir dans un objectif zoom genre 18-200mm, ce qui vous permettra de couvrir une bonne partie des distances focales. Surtout, ce genre d’objectif vous permettra de faire des cadrages plus serrés et donc de simplifier vos images.

 

Ce genre d’objectif est idéal pour faire ses armes et découvrir les avantages et inconvénients des longues distances focales. Et pourquoi pas vous orienter vers une approche minimaliste de la photographie ensuite, en investissant dans du matériel spécifique.

 

  1. Consacrer plus de temps au post-traitement

 

Style photo
Photo Kevin Bhaga

 

C’est quelque chose que j’ai mis du temps à comprendre. Le post-traitement est super important ! C’est parfois 50% de l’image définitive, voire plus. Et si je l’avais su lorsque j’ai commencé à débuter sérieusement en photographie, j’aurais tout de suite investi dans des formations de qualité.

 

Les photographes ont une fâcheuse tendance : ils investissent leur argent dans du matériel couteux la plupart du temps mais ils n’investissent pas leur argent dans leur formation. Comme s’ils n’en n’avaient pas besoin. Je ne dis pas que c’est indispensable, je me suis bien formé seul après tout…mais cela m’a pris des années ! Lire, apprendre, expérimenter, pratiquer – lire, apprendre, expérimenter, pratiquer…et ainsi de suite…

 

Non seulement les techniques de prises de vue, l’utilisation du matériel et des grands principes de la photographie peuvent faire l’objet de formations, mais le post-traitement aussi et gratuitement. YouTube regorge de tutos et de formations gratuites, vous pouvez apprendre sans vous ruiner ! D’ailleurs, j’en profite pour vous inviter à télécharger mon bonus sur ce sujet qui sera disponible dans les prochains jours !

 

  1. Privilégier la lumière

 

« Que faut-il pour faire une bonne photo ? De la lumière, puis de la lumière et encore de la lumière ! »

 

Photos plus intenses
Photo Stef Kocyla

 

Cette citation dont j’ai oublié le nom de l’auteur (si vous le connaissez, rappelez-le-moi dans les commentaires, merci !) résume bien l’absolue nécessité d’avoir non pas de la lumière, mais de la bonne lumière pour faire une belle photo.

 

Débuter en photographie demande beaucoup de concentration sur l’outil en lui-même, et on ne pense pas suffisamment en termes de qualité de lumière. On pense surtout à pratiquer quand on peut et où on peut…Mais la bonne lumière demande perspicacité et patience. Si j’avais intégré cette notion plus rapidement, j’aurais progressé plus vite, j’en suis certain. Quand je revois certaines de mes premières photos, je ne peux m’empêcher d’avoir des regrets. Si c’était à refaire, je me lèverais plus tôt !

 

Expérimenter les levers et couchers de soleil est indispensable. La lumière ne sera jamais aussi belle qu’à ces moments-là. Ça vaut le coup de se lever tôt !

 

Conclusion

 

Ce n’est pas parce que je n’ai pas connu assez tôt ces 5 choses-là que mon niveau est moins bon. J’ai simplement mis plus de temps pour y arriver. Certaines choses vous paraîtront évidentes, mais y faites-vous vraiment attention ? Si vous aussi vous avez des choses que vous auriez aimé que l’on vous dise à vos débuts, lâchez-vous dans les commentaires !

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Moi c’est Stef, j'ai toujours aimé faire de la photo, mais j’ai commencé sérieusement à en faire en 2015, à l’occasion d’un voyage au Canada. Voyager est mon autre passion : partir à l’aventure, sac à dos, en road-trip, dans les plus beaux coins de la planète, le plus souvent sauvages. Combiner les 2 était donc une évidence, je partage avec vous sur ce blog mes années d’expérience, afin de vous inspirer à partir pour l’aventure, appareil photo à la main.

2 Comments

  • Bacalar

    Hello, merci pour ces conseils. J’ai toujours été passionnée par la photographie bien que je n’aie pas encore le matériel adapté pour réaliser cette passion et encore moins la technique. Cet article va beaucoup m’aider. Je compte commencer mon auto apprentissage à Bacalar, un endroit exceptionnel dans la Riviera Maya. La vue y est exceptionnelle. Peut être qu’un de ces jours, on aura l’occasion de s’y rencontrer 😉 a bientôt et bonne route.

    • Stef Kocyla

      Hello Rihana, content que cela puisse te servir, je suis certain que tu vas adorer faire des photos dans cet endroit de rêve en effet ! Oui, j’aimerais bien y faire une petite visite…merci et bon voyage !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *