Aventures de photographe
Lifestyle

Comment la photographie a changé ma vie

C’était devenu une habitude. Alors que mes copains préféraient les places du fond, je choisissais autant que possible une place proche de la fenêtre. J’espérais apercevoir un coin de ciel bleu ou les nuages, bref un fragment de nature dans la cour de récréation. Je devais mettre mon esprit au repos entre deux leçons, je devais le laisser s’évader quelques instants par la fenêtre entre deux équations du second degré (beurk…).

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours recherché un endroit proche de l’extérieur, proche de la nature. Elle est depuis toujours mon échappatoire, mon calmant, mon refuge, jamais elle ne me décevra. Parce qu’elle ne triche pas.

J’ai commencé à faire des photos avec les appareils jetables. Pour les plus âgés d’entre vous, vous vous souvenez de ces appareils en carton qui faisaient un bruit terrible quand on tournait la molette ? C’était pratique, pas cher et ça m’a permis de faire mes armes en photographie.

Mon premier véritable appareil photo était un petit compact, qui coutait un certain prix pour le petit étudiant fauché que j’étais. La photographie était un loisir qui coûtait cher, parce qu’en plus de l’appareil, je devais acheter les pellicules photo, mais aussi payer le développement des photos. Mais j’étais super heureux, j’avais enfin mon appareil à moi !

Si vous m’aviez dit à l’époque que la photographie changerait ma vie, je ne vous aurais pas cru. Et pour cause, la photographie était juste un loisir pour moi, mais plus j’en faisais, et plus j’aimais ça. Comme un addict.

Au début, c’était subtil, puis c’est devenu de plus en plus présent dans mon quotidien. Sans forcément que je m’en rende compte. Et un jour je me retrouve à envisager mes journées en fonction de ce que j’ai envie de photographier…ça y est, j’ai chopé le virus ! Mais un bon virus, un virus qui soigne. La photographie est une activité saine.

Alors voici les 5 raisons pour lesquelles la photographie a changé ma vie :

 

  • La photographie est une thérapie, elle me connecte à la nature

 

Vous savez ce qui me rend heureux ? Me retrouver au milieu d’un paysage de rêve. Vous savez ce qui me rend très heureux ? Photographier un moment unique au cœur d’un paysage de rêve.

 

 

Stef Kocyla
Bryce Canyon – États-Unis

 

Mais laissez-moi d’abord vous raconter une petite histoire récente : il y a quelques semaines, ma femme, mes enfants et moi avons eu la chance de visiter Monument Valley aux États-Unis (enfin !), avec un guide indien de la tribu des Navajos (Hi Carl !).

Ce n’est pas tant la beauté indescriptible des lieux qui m’a fasciné, mais c’est de découvrir la culture et les croyances Navajo, expliquées par Carl. Ils se considèrent comme faisant partie de la nature, et non maîtres de la nature. Chez eux, la terre représente la mère et le ciel le père, et tout est connecté. La nature leur donne ce dont ils ont besoin, ni plus, ni moins.

La moralité de cette histoire, c’est que contrairement à nous, les Navajos n’ont jamais oublié ce qui leur était essentiel. Comme tout être vivant sur cette planète, ils ont besoin d’un père et d’une mère : la nature. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes ont besoin de se (re)connecter à l’essentiel. La photographie a ce pouvoir.

En fait, la photographie n’est qu’un prétexte pour se perdre dans la nature, alors prenez votre appareil photo et sortez ! Empruntez l’appareil de votre tonton s’il le faut, utilisez votre téléphone portable si vous n’en n’avez pas sous la main, et direction le petit carré de verdure le plus proche de chez vous !

Je suis certain qu’il y a tout un tas de choses à photographier au jardin public à côté de chez vous. Lorsque j’ai acheté mon premier appareil, j’ai couru photographier les jacinthes sauvages dans les bois à côté de chez moi dans les Flandres. Quel bonheur c’était ! Et elles sentaient si bon ! Un vrai médicament pour l’esprit.

Le plus beau ? C’est qu’en plus de passer une bonne journée au grand air, on en rapporte des souvenirs.

 

  • La photographie est un art, elle me permet d’exprimer ma façon de voir le monde

 

Vous êtes-vous déjà demandé si les autres voyaient les mêmes choses que vous ? Ou s’ils voyaient les choses de la même manière que vous ? Si la réponse est oui, alors il est urgent de développer votre sens artistique ! Et je ne prêche pas que pour ma paroisse, il y a aussi la peinture, la musique, la réalisation de films, la sculpture…Exprimez-vous !

Moi ce que j’aime en photographie, c’est la possibilité de capturer le temps. Ce qui est par définition insaisissable, devient tout à coup une proie que je peux chasser. Et puis je dois avouer qu’un appareil photo, c’est magique, non ? On oublie même comment c’est possible, c’est devenu un truc tellement banal : prendre des photos ! Tout le monde a un appareil photo sur son portable, alors…

Mais ce que je préfère avec la photographie, c’est qu’elle me permet de raconter des histoires. Par exemple, j’adore les paysages tourmentés, les ciels tumultueux et les routes épiques de l’Europe du Nord. En donnant à mes photos des tons dramatiques, des couleurs sombres et de forts contrastes, je peux montrer aux autres ce que j’ai ressenti en explorant ces endroits. Je peux montrer le courage des habitants à vivre au milieu d’une nature souvent hostile en incluant leurs habitations dans mes photos. Ou la beauté de la faible lumière qui va éclairer la rive d’un fjord, parce qu’elle ne durera que quelques instants.

 

Aventures de photographe
Les îles Lofoten – Norvège

 

Au final, je ne prends pas une photo, je la crée. Bon là je cite Ansel Adams

« you don’t take a picture, you make it ».

Mais c’est bien un processus de création qui aboutit à une image finale. De l’élaboration mentale de l’image au développement de la photo en passant par le shooting en lui-même, je crée une image unique, de A à Z, le reflet de mes sentiments et émotions.

 

  • La photographie est une discipline Zen, je vis le moment présent

 

Je suis Bouddhiste. Je l’ai toujours été (personne n’est parfait !), même si plus jeune je ne savais pas que ça s’appelait comme ça. Ce n’est que plus tard que j’ai mis des mots sur ce que je faisais naturellement : méditation, détachement, pleine conscience. Je pratique plus particulièrement le Bouddhisme Zen, c’est à dire l’école japonaise du Bouddhisme.

Il existe des disciplines Zen, issues de formes d’art japonais comme l’arrangement floral, la calligraphie, la musique, le tir à l’arc, les arts martiaux ou la cérémonie du thé. Ces disciplines ont en commun une pratique fondée sur le calme, la simplicité, le développement de soi, le lâcher prise. Ainsi, l’esprit reste dans le moment présent, détaché de la nature illusoire de la vie matérielle.

Bon voilà pour les grandes lignes, vous voyez où je veux en venir ? C’est ça, la photographie peut être pratiquée de la même manière qu’un art japonais. En tous cas, c’est de cette manière que je la pratique. En plus de me connecter à la nature, la photographie met l’accent sur l’unité du corps et de l’esprit. Lorsque je suis totalement concentré sur ma photo, plus rien d’autre n’existe, ni passé ni futur, seulement le moment présent. La nature et moi-même, ici et maintenant.

 

Aventures de photographe
Alpstein – Suisse

 

Les couleurs qui prennent vie, le bruit des premiers insectes, l’air frais et piquant sur les joues, la lumière dorée du soleil levant, l’odeur des vaches…ça y est, vous y êtes ?

La photographie que je crée doit autant que possible faire passer les sentiments que j’ai éprouvé en la créant. Pour moi, une bonne photo doit faire appel à mes sens, je dois m’immerger en elle. Elle capture l’instant présent. Une bonne photo est comme un haïku, ce petit poème japonais composé de 3 strophes, qui capture l’instant présent dans ce qu’il a de singulier et d’éphémère. Oui, la photo est Zen.

 

  • La photographie est un média, elle me connecte à d’autres personnes du monde entier

 

Il était très tôt, vers 5h00 du matin, lorsque je suis arrivé au lac Hintersee en Bavière. Pour une fois, j’étais seul, tout seul, pas un autre photographe à la ronde. Pourtant, ce genre de spot est réputé pour attirer les photographes comme des mouches sur un pot de miel. Tranquillement je fais mon repérage, je m’installe, et je patiente. J’attends tranquillement que les premières lueurs de l’aube apparaissent.

Et puis soudain dans mon dos j’entends des pas. En me retournant j’aperçois la silhouette d’une jeune fille, munie d’un trépied et d’un sac à dos. Elle s’installe à une dizaine de mètres de moi. Échanges de politesses, puis nous discutons de ce lieu superbe, de nos escapades photographiques respectives dans les environs, et tout ça en anglais : elle est allemande, je ne parle pas la langue de Goethe et elle ne parle pas un mot de français.

Nous photographions le lever de soleil, puis nous discutons plus longuement. En début de matinée, je m’apprête à rentrer et nous nous échangeons nos emails, nous promettant de rester en contact.

InstagramAujourd’hui, 2 ans plus tard, nous sommes toujours en contact sur Instagram, chacun suivant le travail de l’autre, et je ne doute pas qu’un jour nous nous reverrons. Oui, la photographie, ça rapproche les gens.

Cette histoire, je l’ai vécue des dizaines de fois, avec des confrères photographes, mais aussi avec d’autres personnes, des hôtes qui m’ont hébergé, des touristes que j’ai croisés, des partenaires qui m’ont employé. J’ai également rencontré des gens sur les réseaux sociaux qui sont devenus de véritables copains et copines par la suite. Notre dénominateur commun : la photographie.

Les voyages sont aussi très souvent un point commun que partagent les photographes. En tous cas les photographes de paysage. J’ai le privilège de connaître des bloggeurs voyage, en fait plus souvent des bloggeuses, qui sont aussi de très bonnes photographes. Les voyages, ça rapproche aussi !

 

  • La photographie est une machine à rêver, elle me fait voyager et fait voyager les autres

 

Comment choisissez-vous vos lieux de vacances ? Moi, j’ai toujours fait de la même manière : je veux aller dans les endroits qui me font rêver. Comme le disait si bien John Muir :

The world’s big and I want to have a good look at it before it gets dark.

Le monde est vaste et moi aussi je veux en voir un bon morceau avant que la lumière ne s’éteigne. Mais vous avez remarqué ? La réalité, c’est qu’une vie humaine, c’est très très court, et il existe tellement de beaux endroits sur cette terre. Alors il faut bien faire une sélection, n’est-ce pas ?

 

Aventures de photographe
Dolomites – Italie

 

Au début, c’était les photos derrière les vitrines des agences de voyage qui me faisaient rêver. Puis j’ai lu des magazines : National Geographic, Geo Magazine entre autres. Puis internet est arrivé et j’ai vu des photos incroyables sur des sites de voyage. Aujourd’hui j’ai l’embarras du choix : Instagram beaucoup, les sites des autres photographes aussi, la presse papier un peu.

La photographie a ce don de vous faire voyager. Pour moi, c’est au sens propre comme au sens figuré. C’est la photographie qui décide de là où je vais aller. Pas l’inverse.

La photographie peut aussi être un prétexte. La bonne excuse pour partir, aller à l’aventure, prendre la route. Comme Kerouac, sac à dos, comme un vagabond sans attaches. Combien de fois j’en ai eu envie, dans ma vie d’avant, quand j’étais salarié dans une grande entreprise, coincé entre mes responsabilités et mon devoir de réussir socialement. Partir faire des photos est une bonne exc… heu…raison de partir…

 

CONCLUSION

 

Si j’ai choisi de vous raconter mon histoire dans ce premier article, ce n’est pas pour faire une extension de ma page “à propos“. C’est pour qu’elle vous puisse vous inspirer. Comme je me suis inspiré d’autres. Certains ont décidé un jour de vivre leur passion à fond, ils ne l’ont jamais regretté un seul instant. Si vous aussi votre passion c’est de vagabonder dans les forêts, randonner sur les chemins de montagne ou encore patienter pendant des heures pour un coucher de soleil, n’attendez plus. La vie est courte. Prenez votre appareil photo et partez à l’aventure. Sortez de votre zone de confort, elle est en train de vous tuer à petit feu. Croyez-moi, vous en reviendrez transformés. Moi, ma passion, c’est la photographie de paysage, et vous, c’est quoi la vôtre ?

N’hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires et à partager cet article à ceux et celles qui en ont besoin !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Moi c’est Stef, j'ai toujours aimé faire de la photo, mais j’ai commencé sérieusement à en faire en 2015, à l’occasion d’un voyage au Canada. Voyager est mon autre passion : partir à l’aventure, sac à dos, en road-trip, dans les plus beaux coins de la planète, le plus souvent sauvages. Combiner les 2 était donc une évidence, je partage avec vous sur ce blog mes années d’expérience, afin de vous inspirer à partir pour l’aventure, appareil photo à la main.

2 Comments

  • Ginette St-Coeur

    What can i say….I have read everthing you wrote ……..concerning this Men……..Stéphane Kocyla…..many thing you Saïd…i have feel it the moment i have see you on Facebook and when i met you ..
    Your photos is an extension of you….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *